créativité

Comme par magie 
Vivre sa créativité
sans la craindre
par Elizabeth Gilbert

Psycho

24 août 2020

Temps de lecture : 4 min

3

Non, la créativité n’est pas réservée à une élite et oui, l’inspiration est imprévisible. Elizabeth Gilbert explique dans ce livre comment accéder à nos ressources créatives. Chemin faisant, elle dépoussière les idées reçues qui entourent l’art et la créativité. Inspirant !

« L’œuvre veut être créée et elle veut l’être par vous. »
Elizabeth Gilbert

 

Présentation de Comme par magie (éditions Calmann-Lévy 2016)

Depuis près de dix ans, des milliers de lecteurs de par le monde ont été inspirés et influencés par les livres d’Elizabeth Gilbert. Aujourd’hui, l’auteur puise dans son propre processus de création pour partager avec nous sa sagesse et son point de vue unique sur la créativité, et nous encourager à aller à la recherche de notre inspiration. Elle nous montre comment capturer ce que nous aimons le plus et comment tenir tête à ce qui nous fait peur ; évoque les attitudes, les approches et les habitudes dont nous avons besoin pour vivre notre vie de la façon la plus créative qui soit.

Que nous souhaitions écrire un livre, relever de nouveaux défis professionnels, poursuivre un rêve trop longtemps mis de côté ou simplement insuffler un peu plus de passion dans notre quotidien, Comme par magie nous ouvre les portes d’un monde de merveille et de joie

Qu’apprend-on sur la créativité dans Comme par magie ?

Elizabeth Gilbert nous parle de créativité avec beaucoup d’humilité, de simplicité et de bon sens. En évoquant comment elle s’est mise à écrire, puis à être publiée, puis à devenir auteure d’un best-seller, elle nous donne des clés sur la créativité, qu’elle appelle La Grande Magie.

« Les ingrédients essentiels de la créativité demeurent exactement les mêmes pour tout le monde : courage, enchantement, permission, persistance, confiance – et ces éléments sont universellement accessibles.  »

Au fil des chapitres, voici les idées qui ont retenu mon attention :

 

Courage

 

Elizabeth commence par faire une liste des peurs qui peuvent nous paralyser et nous empêcher d’être créatifs. En réalité, dit-elle : « Tout fait horriblement peur.»

Si nos peurs peuvent s’avérer utiles dans la vie, elles sont superflues dans le domaine de l’expression créative.

Pour gérer sa peur, l’auteure a décidé que si elle voulait que la créativité fasse partie de sa vie, elle devait aussi laisser de la place à la peur.

« Car la créativité ne peut pas avancer sans que la peur lui emboîte aussitôt le pas ».

Être courageux, c’est accomplir quelque chose qui fait peur.

Enchantement

 

La « découverte multiple » désigne les idées qui apparaissent dans différentes régions du monde au même moment. Dans le domaine scientifique, c’est le cas par exemple de l’algèbre, des trous noirs, du ruban de Möbius, ou encore de la théorie de l’évolution.

Dans le monde des affaires, « toute grande idée nouvelle flotte quelque part dans l’atmosphère et la première personne ou entreprise à s’en emparer décroche l’avantage concurrentiel. »

Ce phénomène n’a aucune explication logique et pour l’auteure « la découverte multiple, c’est comme l’inspiration qui joue sur plusieurs tableaux en tripotant les boutons pour essayer de capter deux stations simultanément. »

Elle nous invite à ne pas chercher à élucider cet étrange phénomène irrationnel et imprévisible, mais à y céder. Après tout, l’inspiration n’a aucun compte à rendre ! Elle va et vient, librement.

 

Permission

 

Les humains sont des êtres créatifs depuis très longtemps. Nous fabriquons des choses parce que nous aimons le faire. Et l’inspiration œuvre avec nous, parce que les êtres humains possèdent quelque chose de spécial et d’une inutile profusion, que la romancière Marilynne Robinson qualifie de « surabondance magique.»

Les gardiens de la grande culture tentent de nous convaincre que l’art appartient à une poignée d’élus, mais ils se trompent – nous sommes tous des élus, nous sommes tous des créateurs-nés.

Mais avant de défendre notre qualité d’individu créatif, nous devons nous définir et déclarer notre intention, nous redresser et dire ce que nous sommes à haute voix :
Je suis un.e auteur.e
Je suis un,e chanteur.se
etc.

Et une fois que nous avons établi notre qualité artistique, nous devons avoir assez de culot pour la poursuivre !

Si vous êtes vivant, vous êtes créatif.

ego

 

Persistance

La question centrale à se poser pour devenir créatif n’est pas «  Qu’est-ce qui me passionne ? » mais : « Qu’est-ce qui me passionne suffisamment pour que je puisse supporter les aspects les plus désagréables de la tâche ? »

Autrement dit, pour devenir un artiste de métier, il faut être disposé à voir son travail rejeté des centaines de fois, sinon des milliers.

Par ailleurs, il ne faut pas s’attendre à pouvoir vivre de son art. Si cela arrive, tant mieux. Mais dans le cours incertain d’une existence créative, mieux vaut disposer d’une source de revenu alternative.

Avoir un travail n’a rien de déshonorant. Ce qui est déshonorant, c’est de faire fuir votre créativité en exigeant qu’elle finance toute votre existence.

L’auteure insiste aussi sur le mythe de la perfection, impossible à atteindre, telle une roue pour hamsters où l’on s’épuise à tourner jusqu’à la mort. Car dit-elle « Nous n’avons pas le temps d’être parfaits ».

Le perfectionnisme n’est rien de plus qu’une version haute couture de la peur.

 

Confiance

 

Elizabeth Gilbert estime que l’archétype de l’Artiste Tourmenté, issu de notre tradition entre martyre chrétien et romantisme allemand, accorde un crédit excessif aux mérites de la souffrance.

Car dit-elle « Si la seule chose que désire une idée est d’être réalisée, pourquoi cette idée vous ferait-elle volontairement du mal – alors que vous êtes celui qui pourrait lui donner corps ?  »

L’auteure nous invite à aborder tout travail créatif dans un « état de joie obstinée. »

L’amour plutôt que la souffrance, toujours.

Par ailleurs, Elizabeth nous exhorte à ne pas considérer notre travail de création comme notre « enfant ».

« Parce que, si vous pensez sincèrement que votre œuvre est votre enfant (…), vous aurez du mal à supporter que quelqu’un critique ou corrige votre enfant, ou suggère que vous envisagiez de le modifier totalement, voire essaie de l’acheter ou de le vendre. Vous risquez d’être absolument incapable de laisser partir librement votre œuvre dans le monde – car comment ce pauvre petit sans défense pourrait-il survivre si vous ne le couvez ni ne le soignez plus ?»

Votre œuvre n’est pas votre enfant ; au mieux, c’est vous qui êtes son enfant.

 

Conclusion sur la créativité

 

Elizabeth revient sur les paradoxes de la créativité :

« La créativité est sacrée, et elle n’est pas sacrée. Ce que nous créons a énormément d’importance, et n’en a absolument aucune.
Nous œuvrons dans la solitude, et nous sommes accompagnés par des esprits. Nous sommes terrifiés, et nous sommes courageux.»

Elle nous invite à nous mettre ou à nous remettre au travail le plus vite possible.

 

J’aime bien 👍

    • L’humour, omniprésent dans le livre 
    • Certains clichés à propos de la créativité sont dépoussiérés. Par exemple : il est inutile de souffrir pour être un artiste, l’originalité n’est absolument pas nécessaire à la qualité, votre œuvre n’est pas votre enfant.
    • C’est un livre plein de bon sens et ça fait du bien !

J’aime moins 👎

  • Le manque de structure du livre : les anecdotes et pensées de l’auteure sont livrées pêle-mêle.

Elizabeth Gilbert

créativité elizabeth gilbert

Elisabeth Gilbert est une romancière, essayiste et biographe américaine, née le est l’auteur du best-seller Mange, prie, aime (Calmann-Lévy, 2008), vendu à plus de 10 millions d’exemplaires et adapté au cinéma. En 2008, le magazine Time l’a désignée comme l’une des cent personnes les plus influentes de la planète.

Coaching en ligne

  • Si tu cours toujours après le temps
  • Si tu fais passer les besoins des autres avant les tiens
  • Si tu te sens écrasée par toutes tes obligations
  • Si tu fais le grand écart entre vie pro et vie perso

Prends ta vie en main et bâtis une vie qui te ressemble, en 7 étapes, un exercice après l’autre.

 

Je prends ma vie en main
Barbara Reibel Coach Happiness

Coach Happiness, Auteure et Blogueuse
Fondatrice du site Happiness Factory et du blog En 1 mot

Retrouve-moi ici

routines

Happiness Factory

Des routines simples et motivantes pour transformer ta vie 

Humour Me by Barbara

Humeur d’une digital mother au bord du burn-out entre z’Homme et ses trois greffons

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.