Traité de morale pour triompher des emmerdes par Fabrice Midal

Traité de morale pour triompher des emmerdes par Fabrice Midal

23 mars 2019 0 Par Barbara Reibel

Temps de lecture : 5 min. – Vidéo : 40 min.

Fabrice Midal me reçoit à Genève, la veille de sa Journée pour Apprendre à Méditer. Je découvre un philosophe espiègle, vêtu aux couleurs du renard, l’animal fétiche dont il célèbre la ruse et l’agilité dans son dernier livre Traité de morale pour triompher des emmerdes.

La vie n’est ni douce, ni parfaite (…) retirons la ouate !”

Fabrice Midal

Chapitre 1
La vie n’est ni douce ni parfaite

Ce monde idéal que nous vendent les gourous du bonheur n’existe pas pour une raison très pragmatique : la vie est mouvement et le mouvement nous contrarie.

Chapitre 2
Savoir dire non

LE RETOURNEMENT : Cesse de t’écouter. Ne lâche pas ce qui est juste.

Cet apprentissage, qui n’est jamais terminé, est parfois déconcertant parce qu’il nous sort de la voie lisse des habitudes. Mais il est profondément libérateur.

Chapitre 3
Comment devenir fort ?

LE RETOURNEMENT : La force n’est pas la puissance
du chêne. Elle est la souplesse du roseau.

Je suis fort dès que je ne cherche pas à me préserver de la réalité, mais sais prendre appui sur elle pour avancer.

Chapitre 4
La vertu du bonjour

LE RETOURNEMENT : La politesse n’est pas
une oppression. Elle est le génie de la liberté.

Dire « bonjour » n’est pas seulement une formule de politesse : c’est un acte engagé qui atténue les différences et établit, ne serait-ce que le temps de ce bonjour, un rapport d’égalité. S’en priver est non seulement impoli mais, plus encore, un marqueur que je vois comme un mur rendant la rencontre impossible. Je ne vous salue pas parce que vous n’existez pas pour moi…

Chapitre 5
Arrêtons de vouloir être authentiques, soyons intelligents

LE RETOURNEMENT : Ne te contente pas d’être gentil. Sois éthique.

Je ne suis pas authentique parce que je m’écoute moi-même, mais parce que je fais attention à chaque relation. Je ne suis pas hypocrite parce que je suis en adéquation avec la situation, que j’essaie de comprendre la grammaire de la situation. Au contraire, c’est à cette condition que je suis armé pour déjouer les problèmes et favoriser les vrais échanges. C’est alors que je peux être réellement authentique.

Chapitre 6
Comment marcher sur le fil
de l’épée sans tomber

LE RETOURNEMENT : Pour vaincre ta peur, ne sois pas courageux, sois aimant.

Quand je suis porté par l’amour – d’un être, de la justice, de la beauté, du travail, de l’humanité, de la vie –, je ne calcule plus, je suis poussé en avant par un allant bouillonnant d’ardeur qui m’amène à me dépasser pour atteindre l’indiscutable, le but que je sais devoir atteindre.

Chapitre 7
Se défendre face au lion

LE RETOURNEMENT : La logique de la domination
te fait perdre tes moyens. Déjoue-la pour devenir ingénieux.

La ruse accepte les circonvolutions. À nos méthodes et modèles fixes et définitifs, elle oppose une créativité astucieuse qui s’épanouit en se nourrissant des atouts propres à chaque situation.

Chapitre 8
Le renard est-il un imposteur ?

LE RETOURNEMENT : L’intelligence n’est pas la ligne droite. Elle est l’éclair de la présence d’esprit.

Tout en Renart n’est pas juste, mais ce goupil, dont l’image hante toutes les cultures de l’humanité, a beaucoup à nous apprendre. Notre erreur est de rester prisonniers de la lettre au lieu d’écouter son esprit. Dès que je fige le sens dans la lettre, je trahis l’esprit. Dès que je prétends savoir et que j’assène des « il faut » et « il ne faut pas », je sclérose. L’esprit est toujours à interroger à neuf, et la force du renard est de toujours l’interroger.

Chapitre 9
Se décourager est trop facile

LE RETOURNEMENT : Les emmerdes sont des questions
qui te sont adressées. Écoute-les.

Nous renonçons très vite, trop vite. La moindre petite colline nous semble une montagne escarpée. Avant même de chercher un sentier pour la gravir, nous maudissons la colline et lui tournons le dos.

Quand je suis découragé, je m’arrête, je me questionne : au fond, quelle est mon aspiration ? Et, plutôt que de continuer à me heurter inutilement au meuble qui m’entrave, je ruse comme le renard, je rétablis ma vision, je revois mon aspiration. Et je renoue avec la vie.

Chapitre 10
Le loup est sous le lit

LE RETOURNEMENT : La peur est l’écho de ta bravoure. Célèbre-la.

Quand je suis découragé, je m’arrête, je me questionne : au fond, quelle est mon aspiration ? Et, plutôt que de continuer à me heurter inutilement au meuble qui m’entrave, je ruse comme le renard, je rétablis ma vision, je revois mon aspiration. Et je renoue avec la vie.

Chapitre 11
Quand je me marche moi-même
sur les pieds

LE RETOURNEMENT : Pour être moral,
arrête de te sacrifier. Pars à la recherche de ta joie.

Ces imperfections, je dois les accepter : elles ne me plaisent pas, mais elles font partie de ma condition humaine, elles signent mon humanité. Au-delà de l’acceptation, il me faut franchir un pas supplémentaire et avoir le courage presque héroïque d’éprouver de la tendresse pour elles, pour ce que je n’aime pas en moi : mes colères, mon impatience, mes peurs, ma jalousie parfois ridicule. Elles ont droit à ma bienveillance. Elles ont le droit d’être. Le simple fait de le reconnaître est, en soi, un profond soulagement.

Chapitre 12
La voie de l’escargot
et celle du chien

LE RETOURNEMENT : Ne sois pas si prévisible. Autorise-toi à vivre.

Il y a un temps pour s’insurger et se révolter, un temps pour ne pas lâcher prise comme le chien, puis un temps où, comme l’escargot, on se protège en se retirant.

Chapitre 13
Comment reconnaître
le bon moment

LE RETOURNEMENT : La raison peut te tromper si tu oublies par où souffle le vent.

Un petit instrument m’a toujours fasciné : la faucille. La première fois que je l’ai manipulée, j’ai essayé de couper des herbes vertes. Ce fut un désastre. Un paysan qui m’avait vu faire s’est amusé de mon impatience : pour utiliser une faucille, m’a-t-il dit, il faut savoir attendre le bon moment. À l’automne, les blés seront dorés, raides et secs. Elle les tranchera sans effort. Tant que les blés sont verts, il ne sert à rien de s’épuiser…

Chapitre 14
Que faire quand la porte est fermée ?

LE RETOURNEMENT : Ne sois pas impressionné. Accorde-toi une chance.

Le changement de cadre ouvre une issue là où il semblait ne plus en exister. C’est précieux quand nous sommes « coincés » !

Le changement de perspective doit être radical, il doit concerner les termes même du problème. Et d’un seul coup, tout s’ouvre !

Chapitre 15
Si tu as peur d’appeler,
envoie un texto

LE RETOURNEMENT : C’est trop difficile ? Fais ce qui est facile.

Chapitre 16
Méfions-nous des grands principes

LE RETOURNEMENT : La sagesse n’est pas un principe. elle est une émotion.

Pourquoi je n’écoute pas aussi cette petite voix en moi qui me dit que j’ai raison ? Elle ne ressemble pas à un principe ; elle est un souffle. Cette voix me conduit vers l’imprévisible, vers l’inattendu. Elle me met en mouvement et me relie à l’autre.

Chapitre 17
De l’art de dire la vérité

LE RETOURNEMENT : Soyez généreux, dites la vérité. Mais apprenez à la dire.

Nous avons besoin de la vérité car, d’une manière qui ne cesse de me surprendre, c’est elle qui nous apaise, nous soulage. Si quelqu’un nous dit une parole vraie, même si elle n’est pas toujours agréable à entendre, elle nous fait du bien en profondeur.

Chapitre 18
Va chez le coiffeur !

LE RETOURNEMENT : Occupons-nous des futilités. Elles cachent la plus grande profondeur.

Aller chez le coiffeur est, en réalité, un des grands secrets de toutes les sagesses authentiques.

Chapitre 19
Embrasser le crapaud

LE RETOURNEMENT : Ne te laisse pas aveugler
par la balle d’or. Dépêche-toi de grandir.

Je ne connais d’ailleurs qu’une seule attitude efficace face aux crapauds de la vie : se retrousser les manches et les regarder droit dans les yeux. Nous ne pouvons pas rester des enfants.

Chapitre 20
Ne guérissons pas de la révolte

LE RETOURNEMENT : La révolte n’est pas un geste
de haine mais un acte d’amour.

La révolte est le cœur de ce que j’appelle la morale. Elle est, comme le démontre Camus dans L’Homme révolté, inhérente à l’existence humaine, le « mouvement même de la vie qu’on ne peut pas nier sans renoncer à vivre ».


À propos de l’auteur

Fabrice Midal est l’un des principaux enseignants de la méditation en France. Il œuvre à la transmission d’une pratique à la fois simple, rigoureuse et laïque. La méditation est une manière d’exister pleinement au quotidien, de se réconcilier avec soi-même, corps et esprit, et avec les autres, dans un rapport de bienveillance.
Fabrice Midal est le fondateur de l’École occidentale de méditation et de Une journée pour apprendre à méditer.

Pour aller plus loin

Lire la définition de la méditation sur Happiness Factory.


J’aime bien

  • L’auteur parle de notions philosophiques avec un langage simple
  • Fidèle à ce qui avait fait le succès de “Foutez-vous la paix !”, il déculpabilise et nous invite à être vrais plutôt que parfaits
  • Sa vision nous encourage à ne pas baisser les bras
  • Le livre est découpé en petits chapitres qui le rendent accueillant

J’aime moins


  • Les thèmes abordés recoupent ceux de son premier livre
  • Une lecture sans surprises pour ceux qui ont l’habitude de lire des livres de développement personnel