J’ai testé « The Work » de Byron Katie

J’ai testé « The Work » de Byron Katie

13 mai 2016 2 Par Barbara Reibel

Margot-Barbara-The-Work_def

Margot Diskin, « facilitatrice » certifiée du Travail de Byron Katie, traductrice et interprète officielle de l’auteure pour la francophonie, m’a gentiment proposé de travailler sur moi en utilisant la méthodologie « The Work ». Bon, je ne sais pas encore si c’est vraiment un cadeau, généralement l’introspection ça fiche une claque à l’égo.

 

On se connecte toutes les deux sur Skype et on commence le Travail, dans tous les sens du terme. 1ère étape : je dois d’abord identifier une situation ou une personne qui m’a fait du mal (j’ai choisi une certaine dispute avec ma mère). Ensuite, je dois dire ce que j’ai ressenti et je dois mettre par écrit toutes les pensées survenues dans cette situation.

 

Une fois que c’est fait, Margot me fait parler et choisit l’une de mes pensées pour commencer le questionnement, 2ème étape de la méthode. « Par exemple, me dit-elle, tu t’es sentie rejetée, mais est-ce vrai ? Peux-tu être absolument certaine que c’est vrai que ta mère t’a rejetée ce jour-là? » Petit moment d’hésitation – mon égo se débat, c’était prévisible – avant de lâcher un « non » pas très convaincant. « Alors, me demande-t-elle, comment réagis-tu quand tu penses que c’est vrai, quand tu crois cette pensée ? » Là, je sais immédiatement quoi répondre : je me sens blessée, en colère et frustrée. Margot me fait doucement comprendre que c’est une création de mon mental et m’invite à imaginer qui je serais dans cette même situation sans cette pensée de rejet. Je me mets à respirer profondément, mes épaules se détendent, mes tensions se dénouent et la réponse fuse : « je me sens calme et détendue. »

 

Petit sourire entendu de Margot qui passe alors à la 3ème étape, appelée dans le jargon byronesque : le Retournement. Je retourne ma pensée initiale et j’aboutis à : «  ma mère ne me rejette pas ». Si elle ne me rejette pas, qu’a t-elle-dit ou fait qui me le prouve ? Margot insiste et curieusement, après quelques blocages (preuve que mon égo est toujours bien présent et supervise le match), j’arrive à trouver l’un ou l’autre exemple qui donne raison à cette façon de voir. Nouveau retournement : cette fois-ci, je dois appliquer à moi-même ce ressenti, comme un miroir. Cette pensée de rejet que j’attribue à ma mère signifie que je me rejette moi-même. Zut alors, je n’ai pas envie de l’entendre mais ça sonne quand même drôlement juste. Un autre retournement de la pensée est « Je rejette ma mère » et une fois de plus je trouve des exemples qui étayent ce retournement !

 

Je réalise, au bout de l’heure passée à explorer cette démarche, que les pensées que j’ai pu avoir dans la situation que j’évoquais, et qui sont encore vivaces en moi après plusieurs années – ne sont que des constructions de mon mental. Aouch.

 

Margot connaît bien les étapes du Travail, dont elle a suivi l’école pour la première fois en 2009 et qu’elle n’a plus lâché depuis. C’est elle, entre autres, qui supervise le programme de certification des facilitateurs francophones du Travail. Elle donne aussi des séances privées, individuelles ou en groupe, et organise des conférences des stages et des retraites. Elle m’explique que lorsque nous croyons en nos pensées, nous avons perdu la notion de choix. Croire en ses pensées, c’est ressentir des émotions qui, à leur tour, entraînent des réactions et des actes que nous regrettons souvent. Une des clés pour sortir de cette prison, consiste à nous détacher de nos pensées stressantes, à nous libérer de nos conditionnements limitants, et c’est ce que permet la démarche d’auto-questionnement proposée par le Travail.

 

Il est tout à fait possible de réaliser le Travail chez soi, à son rythme. La méthode de Byron Katie est exposée en détail sur le site de Margot Diskin www.mindwitness.com/fr et des feuilles de Travail et un guide de facilitation sont téléchargeables gratuitement ici.

Byron Katie a exposé sa méthode dans plusieurs livres : Aimer sans limites que j’ai résumé ici et Aimer ce qui est, dont une nouvelle traduction (avec DVD) paraît le 13 mai 2016.

Pour pratiquer et approfondir le Travail de Byron Katie, une école propose trois fois par an un programme résidentiel en 9 jours animé par Byron Katie en personne, dont une fois en Europe, traduit en plusieurs langues et accessible aux francophones. Des conférences et des stages sont organisés (liste sur le site français de Byron Katie et sur celui de l’association « The Work France » thework-france.com).

 

PS : A titre d’info “after-Work”, quand j’ai revue ma mère récemment, j’étais beaucoup plus détendue et j’ai passé un meilleur moment avec elle. Aurais-je (déjà) lâché prise ?