La médecine traditionnelle tibétaine (MTT)

La médecine traditionnelle tibétaine (MTT)

17 mai 2016 0 Par Barbara Reibel

médecine-traditionnelle-tibétaineSi vous connaissez surtout du Tibet le Dalaï-lama et Tintin, c’est le moment d’en apprendre un peu plus sur l’un des aspects méconnus de ce pays : sa médecine.

La médecine tibétaine est l’un des systèmes thérapeutiques les plus vieux du monde, un croisement entre la médecine ayurvédique (doshas, yoga, méditation…) et la médecine traditionnelle chinoise (acupuncture, acupressure, moxibustion…). Si la Médecine Traditionnelle Tibétaine (MTT) n’est pas aussi connue que ses cousines, c’est parce que la Chine, en même temps qu’elle a envahi le Tibet en 1950, a éradiqué les écoles et les centres de médecine traditionnelle, et puisqu’elle y était, déporté ou assassiné la plupart de ses médecins.

Heureusement, une bonne partie du savoir médical tibétain a pu être sauvegardée, notamment à Dharamsala, ville du nord de l’Inde et terre d’accueil du Dalai-lama. Cette médecine naturelle et globale définit la santé comme l’équilibre entre les trois forces vitales, appelées humeurs : rLung (vent), Beken (mucus) et Tripa (bile), lesquelles se manifestent à travers les cinq éléments que sont la terre, l’eau, le feu, le vent et l’éther. Tout l’art du médecin tibétain consiste à diagnostiquer les perturbations puis à rétablir l’équilibre.

Bon alors, comment se passe une consultation chez un spécialiste de MTT ?

Comme dans la plupart des médecines traditionnelles, l’observation attentive du patient, son physique, ses mouvements, son comportement, joue un rôle central dans le diagnostic. Le médecin prend ensuite le pouls à trois niveaux différents puis pose des questions sur les symptômes, les habitudes et le mode de vie comme la sédentarité, l’appétit, le sommeil ou le transit. Il observe également la langue du patient, son aspect et sa couleur et peut examiner ses urines.

Lorsque le praticien a déterminé le déséquilibre et l’organe en souffrance, il propose un traitement : des pilules composées d’herbes médicinales et de minéraux, à prendre sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, le temps que le terrain change. Il donne des conseils sur l’hygiène de vie alimentaire en expliquant par exemple comment éviter certaines combinaisons d’aliments. Le thérapeute préconise parfois le yoga et la méditation. Il recourt aussi à des thérapies externes comme l’acupuncture, les ventouses, la moxibustion (technique de stimulation de points d’acupuncture par la chaleur), l’aiguille d’or (une aiguille en or chauffée et posée sur un des points du crâne) ou le massage Ku Nyé (massage tibétain traditionnel).

Pour aller plus loin

Pour trouver un praticien de médecine traditionnelle tibétaine proche de chez vous, adressez-vous à BuddhaLine  La société PADMA, basée en Suisse, commercialise les médicaments tibétains depuis plus de 40 ans. S0n site est une source d’informations sur la MTT.

Voir aussi sur le Dalaï-lama :

https://www.en-1-mot.com/portfolio/dalai-lama-autobiographie-spirituelle/

https://www.en-1-mot.com/dalai-lama/