L’amour au sein du couple est le grand enjeu de l’humanité et pourtant, il n’a jamais été autant malmené. Pourquoi le sentiment amoureux semble si peu durable ? Quel rôle joue la société dans cette apparente désaffection ?

Temps de lecture moyen : 4 minutes


« Si dans une relation proche, vous n’entendez pas le soupir d’une tension ou le murmure d’un conflit …c’est qu’il manque la respiration de la liberté. »

Jacques Salomé

Désormais en France près d’un PACS sur trois est dissolu et un mariage sur deux se solde par un divorce[1]. Contrairement à ce que veulent nous faire croire les contes de fées (et les médias), la relation amoureuse au sein d’un couple n’est pas linéaire mais cyclique. La durabilité d’un couple, vivant ou non sous le même toit, dépend donc de sa capacité à gérer les différentes saisons de l’amour[2].

Le couple et la passion amoureuse :
saison printemps – été

Comment définir le sentiment amoureux ou la saison printemps-été de la relation amoureuse ? On pourrait appeler la passion amoureuse un jeu de dupes[3]. Contrôlés par nos hormones, exaltés par la forte attraction qu’exerce l’autre sur nous, nous ne voyons de l’autre que ce que nous projetons sur lui : nous l’idéalisons.

Pour reprendre l’image qu’utilise Denis Sonet : nous empruntons le téléphérique pour gravir allégrément la montagne et arriver au sommet de l’amour passion[4]. Or, à en croire Frédéric Beigbeder (et bien d’autres avant lui), « l’amour dure trois ans ». Ou peut-être moins. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’à prêter à l’autre les qualités qu’il n’a pas, on ne peut qu’être déçu(e).

Commence alors la phase que Denis Sonet appelle la désidéalisation ou la descente de la montagne en déchantant. Et là, il y a deux options : soit l’on reprend le téléphérique avec quelqu’un d’autre et l’on recommence le processus, soit on repart à l’assaut de la montagne, mais à pied cette fois-ci. C’est la phase d’adaptation. Et c’est à ce moment-là que l’amour, le vrai, peut commencer à émerger.

Entrer en amour c’est donc décider d’aimer son partenaire avec la réalité de ce qu’il ou elle est, en pleine conscience. C’est vouloir faire un bout de chemin plus ou moins long aux côtés d’une personne que l’on va faire grandir et qui nous fera grandir. Et les hormones n’y suffisent plus : il faut aussi des efforts, de la volonté et de la persévérance.

La crise conjugale et le désamour :
saison automne – hiver

Bien souvent, à la fin de la période d’amour passionnel, voire fusionnel, le couple entre en désamour : les conflits se multiplient, les défauts s’amplifient, les tensions deviennent plus fréquentes.[5] C’est la saison automne-hiver de la relation amoureuse et c’est la phase la plus délicate car elle se solde fréquemment par une séparation ou un divorce.

N’étant plus amoureux comme aux premiers jours, le couple pense en effet qu’il est arrivé au bout de son histoire. En réalité, il s’agit le plus souvent d’une crise conjugale. Cette crise marque la fin d’un cycle, celui de la passion amoureuse.

Comment savoir si le couple traverse une difficulté momentanée ou si l’histoire d’amour est définitivement terminée ?[6]. Pour le savoir, et reconstruire éventuellement la relation, chacun des protagonistes doit clarifier ses intentions mais aussi intensifier la communication. C’est le moment de parler, de mettre à plat les problèmes et d’en discuter le plus calmement possible. C’est aussi le moment d’écouter, de tenter de comprendre le point de vue de l’autre pour ne pas tomber dans le reproche systématique. C’est enfin le moment de prendre soin de soi, de ses émotions, de sa spiritualité, de son corps et de nourrir son intériorité.

Répondre à ses aspirations profondes est un moyen plus sûr de ressusciter le désir dans le couple que toutes les recommandations superficielles pour « pimenter la relation » [7].

Relation extraconjugale ou polyfidélité ?

Il arrive que la crise soit motivée par une relation extraconjugale, elle-même révélatrice d’un mal-être dans le couple. Or l’infidélité peut-être une chance pour le couple[8], celle de le faire évoluer vers une relation plus mature. Car Il y a un potentiel de croissance pour les deux partenaires lorsqu’ils choisissent de rester ensemble.

La question de l’infidélité mérite d’ailleurs qu’on s’y attarde. Pour sortir de la connotation négative et culpabilisante tout droit issue de la culture judéo-chrétienne, des auteurs ont forgé d’autres termes, plus neutres : la polyfidélité (Paule Salomon dans Bienheureuse infidélité) ou la relation tierce (Jacques Salomé).

« Dans notre inconscient collectif, la monogamie est posée comme une valeur absolue. Les désirs polygames sont donc condamnés au silence ou au mensonge. », dit Paule Salomon. Une personne polyfidèle serait quelqu’un qui ne s’engagerait pas sur un contrat d’exclusivité affective ou sexuelle. Ce qui pose bien sûr d’autres questions : quel serait le nouveau contrat ? Comment rester sexuellement libre tout en menant une vie de couple ? etc.

La véritable aventure du couple :
en revenir à l’amour

L’intérêt croissant de la société pour le couple se lit à travers le succès de séries télévisées telles que Un gars, une fille qui demeure l’émission de fiction la plus adaptée dans le monde (26 pays)[9]. Ce qui était à l’origine une comédie de situation québécoise diffusée à partir de 1997 sur Radio-Canada, a été incarnée en France par les mythiques Alexandra Lamy et Jean Dujardin. 485 épisodes ont été tournés entre 1999 et 2003 et rediffusés depuis. Cette série a passionné les foules et a réuni chaque soir plus de 5 millions de fidèles !

Au rayon libraire, c’est le désormais mythique Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus de John Gray, publié en 1992, qui a défrayé la chronique avec plus de 40 millions d’exemplaires vendus et un spectacle mis en scène depuis 2006 qui connaît, lui aussi, un grand succès.

L’église catholique[10] n’est pas en reste et organise des « week-ends couples » intitulés « Amour et engagement : vivre en couple, ça s’apprend », et l’association chrétienne Parcours Alpha propose des soirées Alpha couple[11] « pour les couples qui souhaitent construire durablement leur relation de couple ».

Ces quelques exemples, pris parmi les centaines de livres, films, séminaires, etc. traitant du couple indiquent un réinvestissement contemporain de la plus petite unité associative qui soit, véritable microcosme qui préfigure nos relations au monde.

Comme le dit Christiane Singer[12] : « Ce qui rend le mariage si lumineux et si cruellement thérapeutique, c’est qu’il est la seule relation qui mette véritablement au travail. Un homme et une femme sont réunis autour d’un projet, un projet fou, souvent voué à l’infortune, un défi quasi impossible à réaliser et impérieux à oser. »

Par Barbara Reibel, coach feel good, blogueuse et auteure.


Pour aller plus loin : un atelier sur le couple en solo ou en duo !

Participez à l’Atelier Heureux à deux ! du 27 avril à Genève.
Grâce à des exercices concrets et du Speed Coaching, vous apprendrez à :
– nourrir votre relation amoureuse
– déployer vos ailes ensemble
– entretenir l’étincelle et raviver la flamme
Renseignements et inscriptions sur l’Atelier Heureux à deux ! organisé en partenariat avec l’Institut So Happy de Genève.

 

Sources

[1] En 2015 : 44,7% des mariages, 32% des PACS, source INED http://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/mariages-divorces-pacs/divorces/

[2] Cette image de saisonnalité a été utilisée par Gary Chapman dans son livre Les saisons du mariage (2006). Gary Chapman est un auteur, conseiller conjugal, pasteur et conférencier américain spécialiste du mariage et de la famille. Son best-seller, Les langages de l’amour publié en 1992, a été vendu à plus de 5 millions d’exemplaires et traduit en 38 langues.

[3] http://www.psychologies.com/Couple/Seduction/Tomber-amoureux/Articles-et-Dossiers/Pourquoi-c-est-si-bon-d-etre-amoureux/7

[4] Denis Sonet (1926-2015) est un prêtre catholique, aumônier puis formateur de conseillers conjugaux et d’éducateurs au CLER Amour et Famille depuis 1969. Il a été l’auteur de nombreux ouvrages sur la vie sexuelle et affective dont Réussir notre couple : Quand l’amour se joue de la différence, 2010.

[5] http://www.couple-et-parents.fr/aimer-etre-amoureux/

[6] http://www.psychologies.com/Moi/Epreuves/Souffrance/Articles-et-Dossiers/Faire-face-aux-difficultes-de-la-vie/Faire-face-a-la-crise-de-couple

[7] Christophe Fauré, Le couple brisé

[8] Christophe Fauré, Est-ce que tu m’aimes encore ? Se reconstruire après l’infidélité

[9]http://fr.wikipedia.org/wiki/Un_gars,_une_fille (série_télévisée,_1997)

[10] http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/la-famille/le-couple/371670-vivre-et-aimer-week-ends-couples/

[11] http://couple.parcoursalpha.fr/

[12] Eloge du mariage, de l’engagement et autres folies