J’ai testé le Yoga Kum Nyé tibétain

J’ai testé le Yoga Kum Nyé tibétain

20 décembre 2018 0 Par Barbara Reibel

Un week-end à pratiquer le yoga méditatif tibétain qu’est le Yoga Kum Nyé, au cas où vous en rêvez, sachez que je l’ai fait. Par extension, cela signifie que tout un chacun peut se lancer, les yeux fermés.

Cela dit, un stage de Yoga Kum Nyé, c’est plus effrayant sur le papier qu’en réalité parce qu’avec un bon guide et la motivation du groupe, c’est do-able. Même moi j’y suis arrivée alors que les expressions« tiens-toi tranquille » et « ne bouge pas » ne font pas partie de mon vocabulaire.

Évidemment, comme j’avais des douleurs à la jambe gauche, c’était râpé pour me mettre en position de bretzel. Mais heureusement, la majorité des postures pouvaient se faire assis assise sur une chaise, et parfois j’arrivais à m’asseoir en tailleur sans trop exagérer côté pliage de jambes.

L’important, c’est déjà la respiration et le centrage. Faire taire ma petite voix intérieure qui persiste à faire la liste des courses et à commenter tous mes faits et gestes, c’est pas simple. Pour ça, Cathy, notre professeure de Yoga Kum Nyé,  nous a fait chanter des mantras et notamment le OM HA HOUNG (voir un exemple du mantra Om Ha Houng par Drupon Samten Rinpoché). Ces trois syllabes correspondent aux trois chakras du haut du corps, la fontanelle (sommet du crâne), pour le OM de lumière blanche, la gorge pour le HA de lumière rouge et le HOUNG de lumière bleue qui correspond au chakra du coeur. En les chantant on visualise ces lumières. Les sons agissent sur les chakras et sur les émotions perturbatrices qui leurs sont liées.

Après, il y a eu des enchaînements de différentes postures, ce qui a rendu la pratique du Yoga Kum Nyé beaucoup plus confortable pour moi qu’une assise en silence, sans être aussi sportive que du Hatha Yoga ou du Yoga Ashtanga, par exemple. Les exercices consistent à apaiser l’énergie intérieure,  à percevoir l’énergie corporelle, à percevoir et diffuser les sensations, etc.  Car l’objectif du Yoga Kum Nyé est de se connecter à ses propres ressentis (voir mon article détaillé sur le yoga Kum Nyé sur le site Happiness Factory) en relâchant progressivement et toujours plus chaque partie du corps. Les enchainements sont réalisés plutôt lentement en alternance avec des moments de méditation, souvent accompagnés de mantras pour canaliser le mental.

Après avoir pratiqué les postures au moins trois fois chacune, nous sommes revenus systématiquement à la posture de base en sept gestes. Nous avons aussi pratiqué l’exercice suivant :

doigts croisés derrière le dos, en étirant les coudes s’incliner pour ramener l’avant du corps parallèle au sol.

Cathy insiste sur le fait que le Yoga Kum Nyé n’est pas une technique comme tant d’autres mais  bien plutôt une manière d’être. Elle nous incite à aborder toutes ces postures avec beaucoup de bienveillance envers nous-mêmes et d’ouverture à ce qui s’élève, sans trop rentrer dans les commentaires et le jugement. Juste à ÊTRE. Aheum. C’est pas encore gagné en ce qui me concerne, mais je suis en chemin.

Cathy Pawlik et Barbara Reibel

Cathy Pawlik, Professeur diplômée de la Fédération Française de Hatha Yoga, enseigne le yoga depuis 1993. Elle a suivi pendant 2 ans l’enseignement en Allemagne de Matthias Steurich, autorisé par le fondateur du Yoga Kum Nyé, Tarthang Tulku Rinpoche, à donner des formations en Europe. Elle a suivi les enseignements de Tarab Tulku Rimpoché pendant plus de 20 ans ainsi que sa formation en 4 ans « Unité dans la Dualité » au Tarab Institute France à Paris. Cathy enseigne actuellement le yoga du cachemire (yoga de la non-dualité) dans les Pyrénées Orientales.