La semaine de 4 heures  par Timothy Ferriss

La semaine de 4 heures par Timothy Ferriss

26 novembre 2015 0 Par Barbara Reibel
0 Partages

« Le manque de temps n’est rien d’autre qu’un manque de priorités. »

Contrairement à ce que son titre racoleur pourrait laisser penser, Tim Ferriss ne nous invite pas à l’oisiveté. Il nous incite à mieux gérer nos priorités, à nous concentrer sur les tâches qui auront le meilleur rendement, à ne pas attendre la retraite pour vivre nos rêves, bref : à faire le ménage dans notre vie et à en reprendre le contrôle.

Se conformer aux principes de Tim Ferriss, c’est devenir ce qu’il appelle un Nouveau Bienheureux. Par opposition aux Remetteurs à Demain, les Nouveaux Bienheureux ne veulent pas attendre la retraite pour vivre pleinement leurs rêves. ils remettent en question l’équation traditionnelle vie-travail car ils ne veulent pas « grossir les rangs des morts-vivants » et. Pour résumer son propos en deux phrases lapidaires, il s’agit de :

  • Limiter les tâches à l’important pour réduire son temps de travail (Loi de Pareto).
  • Réduire son temps de travail pour limiter les tâches à l’important (Loi de Parkinson).

Les 12 principes de La semaine de 4 heures

Olivier Roland a résumé les principes du livres en 12 points que je vous livre ici :

  1. Le revenu relatif (salaire divisé par le nombre d’heures de travail) est plus important que le revenu absolu.
  2. La vision classique de la retraite est faussée car elle suppose le sacrifice de nos meilleures années au profit d’un avenir hypothétiquement meilleur.
  3. Principe de Pareto ou loi des 20/80 : il faut éliminer, automatiser ou déléguer les 20% de causes qui engendrent 80% de problèmes et, à l’inverse, dupliquer les 20% de choses qui amènent 80% de satisfaction.
  4. Se fixer des dates butoir courtes pour éviter la Loi de Parkinson : le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement.
  5. Pratiquer la diète de l’information en remplaçant la « junk information » (journaux, télé, internet, …) par l’information sélective.
  6. Faire disparaître toutes les sources d’interruptions (SMS , réseaux sociaux, réunions inutiles, …) pour obtenir des blocs de travail en continu.
  7. Apprendre à éliminer, automatiser et déléguer.
  8. Créer et automatiser sa muse : une entreprise qui rapporte en mode « pilote automatique »
  9. Tester, tester et encore tester car l’expérience et l’intuition sont de mauvaises boussoles dans la création de nouveaux produits. Privilégier le prototype et la correction en cours de route.
  10. S’échapper du bureau, par exemple en négociant un accord de télétravail.
  11. Pratiquer l’art des mini-retraites.
  12. Apprendre l’art de combler le vide : savourer le temps qui passe, ne rien faire, trouver sa voie.

D’accord

  • le livre fourmille de petites et de grandes idées stimulantes, qui sortent des sentiers battus.
  • l’auteur prône notre capacité à prendre notre vie en main et l’illustre à travers de nombreux exemples.
  • l’idée des mini-retraites, sortes de pauses professionnelles qui permettent de réaliser un ou plusieurs projets sans attendre la retraite, est à explorer.

Pas d’accord

  • le principe des revenus passifs, automatisés, ne s’applique pas à tous les métiers.
  • la muse, cette idée censée rapporter de l’argent avec peu de travail, reste un concept flou.
  • le titre a été choisi pour des raisons publicitaires. Il ne reflète pas un nombre idéal ou supposé d’heures consacrées au travail chaque semaine.

À propos de l’auteur

Timothy Ferriss (né le 20 juillet 1977) est un écrivain et entrepreneur tim_ferriss_en_1_motaméricain. Son livre , La semaine de 4 heures, a été vendu à plus d’1,5 millions d’exemplaires et traduit en 35 langues depuis sa parution en 2007.

Pour un résumé complet et détaillé du livre, voir le blog Des Livres pour Changer de Vie de Olivier Roland.

0 Partages