L’EFT : une acupuncture émotionnelle

  • 0
EFT

L’EFT : une acupuncture émotionnelle

Selon l’EFT ou technique de libération émotionnelle (Emotional Freedom Technique), une énergie subtile gouverne notre corps et nos émotions agissent comme des court-circuits qui la bloquent.

Cette méthode, créée en 1995 par l’ingénieur américain Gary Craig, intègre aussi bien les principes de l’acupuncture que ceux de la kinésiologie. L’EFT utilise des tapotements sur des points d’acupuncture associés à la répétition d’une phrase clef qui permet à l’énergie de se remettre à circuler dans notre corps. En quelques minutes, le problème peut disparaître.

La très sérieuse American Psychological Association a publié en 2012 une étude revisitant un lot de 51 études sur l’EFT. Dans ce lot, la qualité de configuration de 18 études randomisées contrôlées a permis de conclure que les résultats obtenus par l’EFT après seulement un petit nombre de sessions étaient statistiquement importants et scientifiquement valides dans plusieurs pathologies, notamment dans le Syndrome de Stress Post Traumatique et la dépression.

 

Tap tap tap et cortisol

Les mécanismes neurologiques impliqués dans ces résultats sont encore à l’étude mais il semblerait que l’EFT agirait sur la physiologie de l’émotion par le biais des taux de cortisol. Une étude portant sur les niveaux de cortisol et les symptômes de stress de 83 sujets a démontré que la pratique de l’EFT durant une heure faisait diminuer l’anxiété de manière statistiquement significative (- 58 %) et s’accompagnait d’une baisse des niveaux de cortisol (-24 %) comparativement aux groupes témoins.

 

Pour en savoir plus, voir ci-dessous le résumé que j’ai fait du livre de Geneviève Gagos, Praticienne EFT Cert-II certifiée par Gary Craig, qui préside l’Association Française EFT et dirige l’École EFT France.

En cliquant sur l’icône PDF ci-dessous ,vous pouvez télécharger gratuitement le manuel de base de l’EFT, écrit par son fondateur Gary Craig.

pdf

http://www.en-1-mot.com/portfolio/eft/


  • 0

L’EFT pour tous par Geneviève Gagos

Libérez-vous de vos peurs et de vos angoisses pour retrouver l’équilibre !

La thérapie du Docteur Schüssler, appelée biochimie ou thérapeutique biochimique, est une méthode de traitement naturelle et holistique pour soigner et guérir par l’emploi de douze sels minéraux.

C’est en 1873 que le Docteur Wilhelm Heinrich Schüssler (1821-1898), médecin Allemand s’appuyant sur les travaux du Dr Hahnemann (inventeur de l’homéopathie), a mis en place la théorie selon laquelle la structure et la vitalité des organes du corps humain dépendent d’une certaine quantité de constituants inorganiques qui sont absolument essentiels à la vie des tissus. Ainsi était née la biochimie (chimie naturelle du corps).

En effet, les carences ou les déséquilibres en sels minéraux peuvent être la cause de nombreuses maladies, certains sels jouant un rôle essentiel dans les processus biochimiques de l’organisme, le maintien de la vie et la préservation de la santé. Par l’absorption de sels de Schüssler préparés selon les techniques de l’homéopathie (dilués et dynamisés à la méthode hahnemannienne) et choisis en fonction des besoins de chacun, l’organisme bénéficie de ces substances d’une manière ciblée.

La biochimie n’est pas de l’homéopathie, même si elle lui ressemble

Les sels biochimiques de Schüssler aident à rééquilibrer une carence en sels minéraux, en les administrant sous forme diluée et dynamisée et non sous leur forme originelle qui pourrait parfois présenter des effets collatéraux. Les doses utilisées sont homéopathiques et dynamisées et ne correspondent pas en quantité à la carence dont l’organisme souffre. Apportés à une personne qui en manque, ces sels aident à améliorer la capacité d’absorption des sels minéraux déjà présents dans l’organisme et dans l’alimentation et activent les mécanismes de défense et d’autoguérison du corps.

Mais là s’arrêtent les ressemblances. Car si l’homéopathie se fonde sur le principe de similitude (soigner le mal par le mal),  la biochimie, elle, cherche à compléter les sels minéraux manquants sur le plan fonctionnel par de petites quantités de ces mêmes substances. De même, la posologie est très différente entre les deux thérapies puisque là où l’homéopathie prescrit quelques granules plusieurs fois par jours, la biochimie prescrit 6 comprimés par jour, dans les cas aigus jusqu’à 30 comprimés par heure ! A dilution égale, la personne absorbe donc davantage d’ions d’une substance minérale qu’en homéopathie.

Les 12 sels minéraux de base

Le Dr Schüssler a livré une description précise pour déterminer le sel nécessaire à chacune des 12 carences et  maladies qui y sont associées. Le choix peut se faire en utilisant aussi le diagnostic facial qui relie l’état du visage (couleur, qualité de peau, éclat, cernes, signes frappants…) et les carences en certaines substances minérales. Les sels de Schüssler se présentent généralement sous forme de petits cachets qu’on laisse fondre dans la bouche pour une absorption optimale à distance des repas ou à jeun le matin. Les différentes formes galéniques commercialisées sont : cachets, triturations (poudres dynamisées), crèmes, pommades, gouttes.

Voici la liste des 12 substances fonctionnelles selon le Dr Schüssler avec leurs différentes appellations :

  • N° 1 Calcarea fluorica (Fluo-calcique ou calcium fluoratum ou Fluorure de calcium, fluorine)
  • N° 2 Calcarea phosphorica (Phosphatée calcique ou calcium phosphoricum ou phosphate de calcium)
  • N° 3 Calcarea sulfurica (Sulfatée calcique ou calcium sulfuricum ou sulfate de calcium)
  • N° 4 Ferrum phosphoricum (Phosphatée ferrique ou phosphate de fer, phosphate ferrique)
  • N° 5 Kalium chloratum (Chlorurée potassique ou kalium muriaticum ou chlorure de potassium)
  • N° 6 Kalium phosphoricum (Phosphatée potassique ou phosphate de potassium ou phosphate monopotassique)
  • N° 7 Kalium sulfuricum (Sulfatée potassique ou sulfate de potassium)
  • N° 8 Magnesia phosphorica (Phosphatée magnésique ou magnésium phosphoricum ou phosphate de magnésium)
  • N° 9 Natrium chloratum (Natrum muriaticum, Natrium muriaticum, Chlorurée sodique ou chlorure de sodium)
  • N° 10 Natrium phosphoricum (Natrum phosphoricum, Phosphatée sodique ou phosphate dibasique de sodium)
  • N° 11 Natrium sulfuricum (Natrum sulfuricum, Sulfatée sodique ou sulfate de sodium, sel de GLAUBER)
  • N° 12 Silicea (Silicique ou Bioxyde de silicium ou acide silicique)

Les nouveaux compléments biochimiques

Par la suite, d’autres chercheurs ont mis au point des substances complémentaires biochimiques qui portent les numéros de 13 à 24. Ces remèdes complémentaires s’utilisent généralement dans des dilutions D6 à D12. Ils permettent d’affiner un traitement et de soutenir l’action des remèdes inventés par le Docteur Schüssler.

  • N° 13 Kalium arsenicosum (arsénite de potassium)
  • N° 14 Kalium bromatum (bromure de potassium)
  • N° 15 Kalium jodatum (iodure de potassium)
  • N° 16 Lithium chloratum (chlorure de lithium)
  • N° 17 Manganum sulfuricum (sulfate de manganèse)
  • N° 18 Calcium sulfuratum (sulfite de calcium)
  • N° 19 Cuprum arsenicosum (arsénite de cuivre)
  • N° 20 Kalium-Aluminium sulfuricum (sulfate de potassium-aluminium, alun)
  • N° 21 Zincum chloratum (chlorure de zinc)
  • N° 22 Calcium carbonicum (carbonate de calcium)
  • N° 23 Natrium bicarbonicum (bicarbonate de sodium)
  • N° 24 Arsenum jodatum (triiodure d‘arsenic)
  • N° 25 Aurum chloratum natronatum (chlorure de sodium et d’or)

En savoir plus sur les Sels du Dr Schüssler et leur utilisation

http://homeoswiss.ch/sels.php
http://vitagate.ch…sels_schuessler.pdf
www.buddhaline.net/Les-sels-de-Schussler-une

[su_note radius= »5″]Les dilutions s’expriment en dilution décimale et s’écrivent « DH » suivi d’un nombre (et non en CH comme pour les granules en homéopathie). La lettre « D » signifie Dizième de dilution Hahnemann et le « C » signifie Centième de dilution Hahnemann, le « H » est mis pour le Dr Hahnemann, l’inventeur de l’homéopathie. La dilution 1DH est obtenue en diluant 1 gramme de la substance de base avec 9 grammes de lactose. Cette préparation est triturée plusieurs heures durant. Plus le nombre est grand, moins il reste de la substance initiale. Le Dr Schüssler recommandait souvent ses remèdes en D6, sauf pour Calcium fluoratum, Ferrum phophoricum et Silicea qui sont plus facilement assimilables en dilution D12. Pour les remèdes sous forme de gouttes la dilution 1DH correspond à 1 goutte du produit de base dans 9 gouttes d’eau.[/su_note]


Faites partie des bêta-testeurs

Inscrivez-vous pour tester chaque semaine des outils de développement personnel qui marchent