Dis moi où tu as mal, je te dirai pourquoi par Michel Odoul

Dis moi où tu as mal, je te dirai pourquoi par Michel Odoul

7 décembre 2013 6 Par Barbara Reibel
156 Partages

cover_dis_moi_ou_tu_as_mal_je_te_dirai_pourquoi

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi et comment relier les manifestations physiques à ce qui se joue en nous

Praticien et fondateur de l’Institut Français de Shiatsu, Michel Odoul nous explique pourquoi relier les manifestations physiques à ce qui se joue en nous et nous dit comment faire dans son livre à succès, déjà réédité 10 fois, Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi.

Réaliser sa Légende Personnelle

La philosophie taoïste considère que le processus d’incarnation s’appuie sur 3 énergies : le Chenn, le Yin et le Yang. Notre Chemin de Vie, que Paulo Coehlo appelle aussi notre Légende Personnelle, est le fil conducteur qui nous mène du Ciel Antérieur (le plan qui précède la naissance) au Ciel Postérieur (le plan qui se situe après, de la naissance à la mort). Le Chenn prénatal (que l’on peut comparer à notre âme occidentale) contient en lui toutes les potentialités. Michel Odoul le nomme la Conscience Holographique. Son but est de réaliser sa Légende Personnelle et, pour cela, il va devoir se réincarner un certain nombre de fois. Ce concept karmique de la vie doit être compris dans un sens évolutif : nous revenons sur terre pour « apprendre » nos leçons, pas pour expier nos prétendues fautes car au niveau énergétique, les notions de bien et de mal n’existent pas. Au moment de l’incarnation, le Chenn s’additionne au yin de la mère et au yang du père ainsi qu’aux énergies environnementales pour donner le Chenn individuel. Or ce Chenn se réalise à travers un corps physique et des contraintes matérielles qui constituent un moyen de décodage de ce qui se passe en nous.

L’un des éléments importants de ce déchiffrage est la latéralisation. Michel Odoul propose de relier tout ce qui se passe au niveau de la psychologie, de l’imaginaire, du rêve (Ciel Antérieur) à la latéralisation utilisée par les Occidentaux (côté droit = symbolique paternelle, côté gauche = symbolique maternelle) et inversement, de relier tout ce qui est de l’ordre du manifesté, de la maladie, du symptôme (Ciel Postérieur) à la latéralisation utilisée par l’Orient (côté droit = symbolique maternelle, côté gauche = symbolique paternelle).

Harmoniser le Conscient et le Non-Conscient

Le Ciel Antérieur représente le Non-Conscient, la conscience de nuit, le prémanifesté. Elle porte en elle la mémoire et la connaissance des choix intérieurs que nous avons fait ainsi que nos besoins d’expérimentation. En ce sens, « C’était écrit » signifie que c’était écrit par nous, en utilisant le meilleur scénario possible pour atteindre le but fixé, notre libre arbitre et notre capacité d’improvisation restant bien réelles.

Le Ciel Postérieur représente le Conscient, la conscience de jour. Il s’agit d’un phénomène de densification qui fonctionne un peu comme le phénomène de la pluie ; elle commence par de l’humidité non perceptible (Non-Conscient), puis se transforme en vapeur d’eau qui forme des nuages (émotions, pensées) et continue à se condenser jusqu’à produire une averse (ressentis, tensions, souffrances), voire un orage (symptômes), qui sont, eux, pleinement perceptibles. Le passage du Non-Conscient au Conscient se traduit par l’action, dernier stade de densification des énergies. C’est ainsi que nous pouvons prendre conscience du processus et provoquer les changements nécessaires. Dans le cas contraire, les expériences se reproduisent en se renforçant.

Mieux vaut tenter de comprendre le sens de ce que nous vivons plutôt que de le faire taire (médecine allopathique) ou de le rendre inéluctable (dogmatisme). Par ailleurs, les tensions, malaises et maladies ne sont pas une fatalité. Lorsque nous cherchons à les comprendre, elles peuvent prendre le chemin inverse et devenir libératoires. Si nous bloquons les énergies, si nous les réduisons de force au silence, elles s’expriment ailleurs et leur puissance est alors démultipliée (pensons aux maladies de plus en plus complexes, sida, cancer, maladies auto-immunes, etc.).

Nous sommes très souvent sourds ou malentendants

L’éveil de conscience nous permet de remonter jusqu’à la Conscience Holographique et de rencontrer la phase d’acceptation qui annule les mémoires émotionnelles et permet le pardon. Sinon, l’individu retombe dans son schéma et reste dans la dynamique du « règlement de comptes », du conflit, de la guerre.

Les traductions physiologiques

L’esprit humain a besoin de sa projection matérielle qu’est le corps physique pour exprimer une distorsion entre le Non-Conscient et le Conscient. Les 3 principaux signaux dont il dispose sont : les tensions (1er stade, peuvent facilement être corrigées), les traumatismes (2ème stade, processus actif, message plus criant qui oblige à un temps d’arrêt) et les maladies (3ème stade, processus passif,  constat d’échec qui oblige à la reproduction de schémas).

Nos actes manqués (lapsus, gestes maladroits et accidentels) sont aussi là pour exprimer un décalage entre notre Conscient et notre Non-Conscient ; ils nous envoient un message que nous ne sommes pas capables d’entendre ou pas prêts à entendre. En ce sens là, ils seraient plutôt « réussis ». Mais avant d’en arriver là, la vie nous envoie constamment des informations pour nous guider. C’est l’effet miroir – appelé projection par C.G. Jung – qui signifie que tout ce que nous voyons chez les autres est le reflet fidèle de ce qui se passe en nous. Ce qui nous agace chez l’autre correspond à ce que nous rejetons tandis que les qualités qui nous plaisent sont des parties que nous ne nous autorisons pas à exprimer.

Relier les choses en nous

L’homme est le point de rencontre et de transformation entre le yin (terre) et le yang  (ciel) qu’il combine pour former l’énergie essentielle, son carburant, qui se mêle à son tour à l’énergie ancestrale et qui porte la mémoire des ancêtres depuis l’origine de l’univers (inconscient collectif jungien). L’énergie vitale, enfin, naît de l’association de toutes ces énergies et circule dans tout le corps à travers les méridiens d’acupuncture qui relient le corps et l’esprit.

Pour comprendre la signification d’une souffrance, Michel Odoul nous renvoie à l’usage de chaque organe ou partie du corps et nous propose des axes de réflexion. Loin de dresser un lexique systématique de chaque organe ou problème, il en rappelle le fonctionnement et la signification pour que chaque individu puisse comprendre ce qui est touché en lui. Car chacun d’entre nous est porteur d’une histoire qui lui est propre et nous seuls savons ce que signifient véritablement nos maux.

Si la vie communique intensément avec nous c’est pour que nous puissions changer. Toute évolution commence par une prise de conscience de ce que nous sommes et de ce que nous faisons. C’est pourquoi, si les autres (amis thérapeutes, etc.) peuvent nous soigner, nous sommes les seuls à pouvoir nous guérir.

A propos de l’auteurMOdoul1

Diplômé d’une Ecole Supérieure de Commerce, cadre supérieur pendant plusieurs années, Michel Odoul pratique puis enseigne, en parallèle, l’Aïkido pendant 17 ans. Il se forme dans le même temps aux techniques énergétiques orientales durant 8 ans. Diplômé en Shiatsu et spécialiste des techniques énergétiques chinoises qu’il a étudiés depuis 1978, Michel Odoul se forme également pendant 7 années à la psychologie occidentale et aux techniques de relaxation. Praticien Professionnel en Shiatsu, Psycho-énergéticien et Consultant, Michel Odoul fonde l’Institut Français de Shiatsu.

156 Partages