J’ai testé les lunettes sténopéïques ou lunettes à trous

J’ai testé les lunettes sténopéïques ou lunettes à trous

11 septembre 2018 6 Par Barbara Reibel
8 Partages

Temps de lecture moyen : 3 minutes.

J’ai été contactée par un fabricant pour tester les lunettes « à trous » et je n’ai pas su résister à leur aspect qui garantit un look de mouche 😉 Plus sérieusement, j’aime bien l’idée de prendre ma vue – tout comme ma santé – en main.

D’abord, rien de nouveau sous le soleil. Ces lunettes à grille dites lunettes sténopéïques se vendent depuis une quarantaine d’années mais leur véritable origine remonte à l’Ayurveda, la médecine indienne traditionnelle. Plusieurs peuples premiers comme les Esquimaux ou les Aztèques fabriquaient des lunettes avec une fente de vision à partir de moules ou d’os pour mieux percevoir leur environnement et ne pas être éblouis. Les lunettes à grille sont donc la version « civilisée » de ceci :

 

inuit-lunettes-os

 

Quoi qu’il en soit, l’effet dit sténopéïque (du grec qui veut dire «qui rétrécit la vision ») est obtenu par une série de trous de faible diamètre (1mm environ) par lesquels passe un rai de lumière. La lumière ainsi « rétrécie » augmente la profondeur de champ et ne demande à l’œil aucune accommodation, un peu comme lorsqu’on regarde par le trou d’une serrure. On a l’impression de voir à travers un filet, mais la vision est plus nette et c’est plutôt bluffant.

Pas de guérison avec les lunettes sténopéïques mais une rééducation

Les fabricants qui se partagent le marché clament une amélioration voire une disparition des problèmes d’accommodation. Ce serait bien pour tous les myopes, astigmates, hypermétropes et presbytes du monde entier, mais aucune preuve scientifique n’ayant jamais été apportée pour étayer ce message, il est à reléguer au placard des arguments commerciaux.

Porter des lunettes sténopéïques présente en revanche d’autres avantages. Pour commencer, elles stimulent les mouvements naturels de nos yeux (haut, bas, gauche, droite). Or les lunettes traditionnelles encouragent la paresse oculaire puisque l’œil ne fait plus aucun effort d’adaptation. Les lunettes à grille nous forcent à faire une gymnastique des yeux, dont de nombreuses méthodes se font l’écho : yoga des yeux, méthode Bates, méthode Silva, ainsi que la méthode de Martin Brofman ou encore de Norbekov. Les lunettes sténopéïques contribuent donc au bon fonctionnement général des muscles oculaires et à la vitalité des yeux.

Autre bonus : les yeux sont plus reposés. En lien direct avec la rééducation naturelle qui s’opère, il y a une meilleure irrigation sanguine des yeux. La détente qui se produit est appréciable pour diminuer la fatigue oculaire après une journée passée devant un écran. Attention toutefois : les lunettes sténopéïques ne bloquent pas la lumière bleue émise par les écrans.

Ce type de lunettes peut également être utilisé comme lunettes solaires car elles réduisent la quantité de lumière en conservant la qualité de la lumière (spectre solaire complet). Mais les rayons UV étant néfastes pour la rétine, cela n’est possible que pour une exposition de courte durée.

Il faut un certain temps pour s’adapter aux lunettes sténopéïques

Alors bien sûr, la vision est nette mais … un peu sombre. La grille ralentit et gêne la lecture d’un texte, par exemple, dont les lettres apparaissent un peu ombrées. C’est pourquoi les fabricants déconseillent de lire avec un faible éclairage.

Outre la luminosité réduite, la vision périphérique est également diminuée et les lunettes sténopéïques ne sont donc pas compatibles avec la conduite ou toute activité comportant un certain risque. De même, pour une activité sportive ou nécessitant des mouvements précipités.

En réalité, les lunettes sténopéïques ne sont pas destinées à être portées toute la journée. Les fabricants estiment que leurs bienfaits peuvent déjà être ressentis à partir de 10 minutes par jour ; au-delà de 2 heures, leur intérêt n’est pas établi.

Il faut aussi compter un temps d’adaptation : commencer par 1 à 2 minutes par jour dans un endroit tranquille puis augmenter progressivement la durée jusqu’à trouver un rythme confortable. Les premiers bénéfices peuvent être ressentis entre 1 à 3 mois d’une pratique régulière ou plus rapidement si vous pratiquez en plus des activités de gymnastique oculaire.

En conclusion, les lunettes sténopéïques ne sont pas la panacée et n’ont encore « guéri » aucun myope, astigmate, hypermétrope ou presbyte. Elles demandent une certaine adaptation mais sont un complément intéressant à des lunettes correctrices classiques ou à une autre méthode de gymnastique oculaire pour une rééducation naturelle de la vue. Enfin, je vous déconseille de les porter dans un endroit public si vous voulez passer inaperçu(e).

Mon avis

J’aime bien

  • Le prix des lunettes sténopéïques : les tarifs vont de 10 à 35 € (achat unique), c’est dérisoire comparé aux lunettes classiques.
  • Elles permettent une rééducation naturelle et active de la vue.
  • Elles participent à la bonne santé des muscles oculaires et à la vitalité des yeux.
  • Pas d’effet de distorsion comme avec les lunettes conventionnelles.

J’aime moins

  • J’ai ressenti de la nausée (proche du mal des transports) en portant les lunettes ; ce problème est connu et peut être dû au manque d’habitude ou à un problème de binocularité ce qui m’oblige à bouger les yeux et la tête en même temps – donc à bouger – quand je les porte.
  • La luminosité réduite qui ralentit et gêne la lecture.
  • Leur « look » particulier qui les rend difficilement portables hors de chez soi.
lunettes-stenopeiques-en-1-mot

Pour aller plus loin

  • Merci au fabricant VGlass qui m’a donné envie de tester les lunettes sténopéïques (modèle OphtaFit).
  • Le blog de Patrice Morchain livre un point de vue intéressant sur le symbolisme des problèmes de vue.
8 Partages