Focus ou L’art d’aller à l’essentiel par Leo Babauta

1 Partages

Mise en page 1 (Page 1)

 

 

 

 

 

 

 (Re)devenir créateur de sa vie

 

En appliquant les méthodes qu’il préconise, Leo Babauta a radicalement transformé son existence : il a arrêté de fumer, a perdu du poids, s’est mis au sport, etc. Surtout : il mène aujourd’hui une vie plus consciente, plus épanouie.

La clé de l’ouvrage réside dans cette idée simple : le fait de nous centrer (en anglais focus), peut seul nous permettre de nous extraire des innombrables distractions qui nous assaillent pour (re)devenir créateur de notre vie. Il s’agit de sortir de l’ère du divertissement pour entrer dans celle de la vie en conscience. Le site zenhabits.net de Leo Babauta, épuré, reflète les convictions de l’auteur qui est par ailleurs l’un des rares blogueurs-auteurs célèbres que je connaisse, voire le seul, à avoir entièrement dé-copyrighté son site et autorisé  la copie de tout ou partie des contenus (de qualité) qu’il écrit. C’est remarquable et mérite d’être souligné.

D’accord

  • J’adhère sans réserve aux propos de l’auteur qui vise la simplicité et le désencombrement en toute chose (même si je n’arrive pas toujours à les appliquer au quotidien).
  • Le style de Leo Babauta est fluide, limpide et va droit au but :  je recommande la version originale en anglais, même si la traduction française est bonne.
  • Lister chaque matin les 3 tâches les plus importantes de la journée puis les réaliser est un excellent moyen de se coucher satisfait(e), et non frustré(e) par tout ce qui reste encore à faire.
  • Travailler par intervalles : 40 minutes de concentration, 20 minutes de distraction.

Pas d’accord

  • Allez, parce qu’il faut bien mettre un bémol : le minimalisme est plus délicat (mais pas impossible) à mettre en œuvre lorsqu’on est salarié. Pas toujours facile d’expliquer à son patron que l’on est indisponible à certains moments de la journée ou que l’on veut limiter le nombre de projets sur lesquels on planche.

A propos de l’auteur


leophoto
Leo Babauta vit à San Francisco. Père de 6 enfants, il est l’auteur de plusieurs blogs à succès dont http://zenhabits.net/, qui compte plus de 200’000 abonnés et a été nommé deux fois dans le top 25 des blogs par Time Magazine.

Ce résumé est exceptionnellement long (environ 10 pages A4), c’est pourquoi il est téléchargeable au format PDF ou au format Kindle pour en faciliter la lecture. 

[button open_new_tab= »true » color= »accent-color » hover_text_color_override= »#fff » size= »medium » url= »http://www.en-1-mot.com/wp-content/uploads/2015/01/Focus_artessentiel_resume_cover_v2.pdf » text= »PDF » color_override= » »]

Capture d’écran 2015-02-14 à 23.05.31

[button open_new_tab= »true » color= »extra-color-1″ hover_text_color_override= »#fff » size= »medium » url= »http://www.amazon.fr/Focus-Mini-livre-Barbara-Reibel-ebook/dp/B00EALYVJQ » text= »Kindle » color_override= »#ff4629″]

Mini livre focus leo babauta

Table des matières

section i. prendre du recul

1: introduction

2: l’ère du divertissement

3: de l’importance de se centrer

4: pourquoi faut-il débrancher

5: rituels pour se centrer

section ii. éliminer les distractions

1: limiter le flot

2: vous n’êtes pas obligé de répondre

3: lâcher prise sur le besoin de rester informé

4: ne pas mettre sa boîte de réception au centre de sa vie

5: de l’intérêt de se distraire

7: des outils pour vaincre les distractions

section iii. simplifier

1: créer un environnement épuré

2: ralentir

3: se laisser porter par le courant

4: agir
 sans effort

5: trois stratégies pour mettre des priorités

6: laisser tomber les objectifs

7: trouver la simplicité

section iv. se centrer

1: un système simple pour réussir des choses incroyables

2: mono-tâche et productivité

3: réduire son champ d’intervention

4: lecture et recherche approfondies

5: marcher, débrancher & se centrer

section v. les autres

1: se centrer lorsqu’on est parent

2: le problème des autres

3: ces managers qui changent la culture de travail

section i. prendre du recul

1: introduction

La clé de l’ouvrage réside dans cette idée simple : le centrage (en anglais focus), peut seul nous permettre de nous extraire des innombrables distractions qui nous assaillent pour (re)devenir créateur de notre vie. En appliquant les méthodes que je préconise, j’ai radicalement transformé mon existence, tout comme nombre de mes lecteurs.

2: l’ère du divertissement

Nous sommes entrés dans l’Ère du divertissement, que d’aucuns appellent l’Ère de l’information. Les moyens de communication et d’information énormes dont nous disposons sont devenus des facteurs de stress. Pour se maintenir dans le flux désormais infini des informations à lire, à commenter ou à échanger dans un laps de temps toujours plus court, nous sommes devenus les esclaves des sites web, blogs, forums, messageries instantanées, réseaux sociaux, courriels ainsi que des supports multiples qui nous y donnent accès, ordinateur et téléphone portable en tête.
Or ces « distractions» sont une addiction. Comme toutes les drogues, elles nous apportent une satisfaction immédiate tandis que les inconvénients ne se font sentir qu’à long terme. C’est aussi une nouvelle façon de vivre dont nous n’avons pas encore pris toute la mesure mais qui est en train de transformer notre vie en profondeur. Enfin, la société toute entière attend implicitement de nous que nous collaborions activement à toutes les distractions qu’elle nous propose. Faites vous-même le test : combien de fois avez-vous été distrait en lisant ce texte ? Ou tenté de poursuivre une autre tâche ?

3: de l’importance de se centrer

Or pour être créatif – et nous le sommes tous à un moment ou à un autre de notre journée – il est indispensable de se centrer. Les distractions de tous ordres nous obligent à interrompre ce processus qui n’a rien à voir avec celui de consommer ou de communiquer. Il faut donc séparer ces différents temps afin de les optimiser mais aussi pour débrancher notre mental, nous laisser aller au calme et à la réflexion, recharger nos batteries.

4: pourquoi faut-il débrancher

Lorsque nous nous déconnectons de la technologie, nous pouvons nous brancher à d’autres sources de satisfaction : une promenade dans la nature, une lecture au calme, une discussion avec son conjoint, des jeux avec ses enfants. Ces moments-là sont devenus aussi précieux que rares. Sans fustiger la technologie ni lui tourner le dos, nous devons revoir l’usage que nous en faisons. Voici quelques pistes pour arriver à débrancher :

– Coupez votre ordinateur, votre box internet ou votre navigateur aussi longtemps que possible

– Déconnectez-vous chaque jour pendant une plage horaire prédéfinie (par ex. 8h-10h)

– Travaillez dans un endroit sans connexion

– Sortez : marchez, courez, faites du vélo

– Laissez tous vos portables derrière vous ou éteignez-les

– Utilisez des logiciels de blocage

– Alternez les moments de connexion et de déconnexion

– Faites rimer fin du travail avec déconnexion

Le besoin d’être connecté est une véritable addiction (bénéfice immédiat, punition différée) qui doit être combattue comme n’importe quelle autre mauvaise habitude : en la remplaçant par une bonne habitude. Choisissez quelque chose qui vous plaît et ne changez qu’une seule chose à la fois.

5: rituels pour se centrer

Instaurez un rituel qui vous permettra de vous centrer régulièrement et d’en faire une bonne habitude. Voici quelques idées de rituels. A vous de choisir ceux qui vous conviennent ou d’en trouver d’autres :

Matin tranquille : commencez votre journée par une activité qui vous détend (lire, méditer, courir, …) sans vous connecter.
Début de la journée : sur une simple feuille de papier ou avec un éditeur de texte, listez les 3 tâches les plus importantes de la journée (ou juste une seule).
Rituel de recentrage : si vous êtes à nouveau distrait en cours de journée, fermez les applications ouvertes, quittez votre bureau, videz-vous la tête ou pratiquez quelques respirations profondes pendant quelques minutes. Répétez aussi souvent que nécessaire.
Alternez repos et concentration : par ex., concentrez-vous pendant 45 minutes sur une tâche, puis accordez-vous 15 minutes de détente. A vous de trouver ce qui vous convient.
Alternez deux projets : concentrez-vous sur un projet, puis sur un autre en alternance.
Communiquez d’abord, concentrez-vous ensuite : donnez-vous un temps pour lire vos courriels, aller sur Facebook, Tweeter, etc. puis utilisez un bloqueur internet pour vous concentrer sur votre projet.
Fin de la journée : faites le point de la journée écoulée et déconnectez-vous pour le soir.
Recentrage hebdomadaire : faites le point de la semaine écoulée ou planifiez la semaine à venir dans ses grandes lignes.
Autres idées : 5 minutes de recentrage ou une promenade en plein air toutes les heures, une séance de yoga et de méditation en début de journée, etc.

section ii. éliminer les distractions

1: limiter le flot

En quelques années, le flot d’information s’est mué en un véritable raz de marée qui nous submerge. Il n’y a pas si longtemps, nos distractions s’appelaient téléphone, fax et courrier. Aujourd’hui, elles s’appellent téléphone fixe et mobile, Skype, SMS, notification de smartphone, courriel, tchat, Twitter, Facebook, forum, blog, réseau social, site web, podcast, alerte Google, application mobile, livre électronique, jeu et achat en ligne sans compter la musique, la radio et la télé sur internet !

Impossible de se concentrer sur un projet important avec tant de « divertissements » autour de nous. Limiter ce flux d’informations au strict minimum est donc vital et pour cela, il faut commencer par admettre qu’il est impossible de lire et de consommer tout ce qui existe, une vie entière n’y suffirait pas. Choisissez en toute conscience ce que vous allez lire et à qui ou à quoi vous allez répondre et LAISSEZ TOMBER LE RESTE.

Pour prendre de la distance face au flux d’informations, mettez-vous en mode pause. Allez-y en douceur, par exemple : n’ouvrez pas votre messagerie pendant une demi-journée ou n’allez pas sur Facebook pendant une journée. Consacrez ce temps à faire avancer vos projets ou à faire autre chose qui vous plaise.

Ce mode pause vous fera ressentir l’importance de vous déconnecter et comprendre que vous n’êtes pas tenu d’être connecté en permanence. A présent, faites progressivement le vide de toutes les informations qui ne sont pas essentielles pour vous et profitez-en pour diminuer le temps que vous passez sur vos essentiels. Par exemple, consacrez une demi-heure deux fois par jour à lire vos courriels, pas plus.

2: vous n’êtes pas obligé de répondre

Nous avons développé un besoin anxiogène de répondre presque instantanément à toutes sortes de sollicitations : courriels, Tweets, chats, etc. Mais comme ce flux ne tarit jamais, notre vie finit par être dictée par les centres d’intérêt des autres et non les nôtres. Ce sentiment d’urgence est soit compulsif, soit dicté par la peur. Pour vous en libérer :

– D’abord, imaginez-vous sans cette compulsion. Vous vous sentiriez plus libre de faire ce qui compte vraiment pour vous. Vous seriez moins stressé par tous ces messages auxquels il faut répondre.

– Ensuite, démasquez vos peurs. Analysez vos peurs (par ex. passer pour quelqu’un de malpoli, manquer quelque chose d’important, perdre des clients) et faites un petit test : ne répondez pas pendant quelques heures. Il y a fort à parier qu’aucune de vos craintes ne se réalisera.

– Enfin, passez au sevrage. Faites un premier pas vers votre nouvelle vie et fixez-vous une fenêtre de temps quotidienne pendant laquelle vous ne répondez à aucune sollicitation, une « zone sans réponse ». Ainsi, vous reprenez le contrôle de la situation.

3: lâcher prise sur le besoin de rester informé

Nous sommes bien souvent les esclaves des actualités, nous voulons rester informés de tout ce qui se passe autour de nous. Nous sommes accros au journal télévisé, aux blogs, aux flux RSS, à Twitter, à nos courriels ou à un agrégateur. Pourquoi ? Et peut-on s’en libérer ? La réponse est oui. Je l’ai fait.

Cette obsession de rester informé, qui nous éloigne pourtant de ce qui compte vraiment pour nous, provient de nos peurs : peur de paraître ignorant si nous avons manqué une information importante, peur de passer à côté d’une opportunité, etc. Or il suffit de les mettre à l’épreuve pour voir qu’elles ne sont pas fondées sur autre chose que des normes imposées par la société ou des « besoins » créés par les grands groupes de média. Pour s’en libérer, examinons-les une par une :

– Nous pourrions paraître ignorants. Quelqu’un s’et-il déjà moqué de nous parce que nous ne savions pas quelque chose ? Et si cela arrivait, serait-ce vraiment grave ?
– Nous pourrions passer à côté d’une opportunité. Nous passons régulièrement à côté d’opportunités. Mais probablement plus encore lorsque que nous passons notre journée à rester à l’affût des dernières nouvelles.
– Nous pourrions ignorer un évènement grave auquel nous devons répondre. Si quelque chose de grave arrive qui nous concerne, nous le saurons.
– Quelque chose de grave pourrait nous arriver si nous ne sommes pas informés. Cela fait des années que je me déconnecte des informations et autres actualités et il ne m’est arrivé que du bien.

Ensuite, vous devez tester vos peurs. Déconnectez-vous de vos sources d’information pendant une journée et voyez si vos peurs se réalisent. Puis refaites le test sur deux jours, etc.

4: ne pas mettre sa boîte de réception au centre de sa vie

Notre boîte de réception est ouverte toute la journée, un peu comme un Q.G. d’où partent les ordres. A chaque courrier entrant, nous sommes interrompus. Comment se concentrer dans ces conditions ? Voici quelques idées :

– Séparez liste de tâche et boîte de réception. Les courriels se prêtent mal à une liste de choses à faire, ils ne peuvent pas être priorisés, renommés, classés. Créez votre propre liste sur papier ou avec un simple programme comme Taskpaper ou Things ou encore un fichier texte dans Notepad ou TextEdit ou National Velocity. Avec un raccourci clavier, copier-coller une tâche à faire vous prend une seconde.

Ne vérifiez vos courriels qu’à certaines heures. Trouvez le créneau qui vous convient, par ex. 5 minutes au début de chaque heure ou 2 fois par jour. Essayez de réduire votre fréquence de consultation.

Travaillez avec votre messagerie fermée. Fermez également Twitter, Facebook, les tchats, les forums et même votre navigateur ou au moins les onglets ouverts dont vous n’avez pas besoin.

– Choisissez vos tâches avec discernement. A présent, vous pouvez décider du meilleur usage à donner à votre temps car vous n’êtes plus à la merci des sollicitations externes et des pseudo-urgences.

5: de l’intérêt de se distraire

En lisant ce livre, vous pensez peut-être qu’il faut rester concentré en permanence sans jamais se distraire. C’est faux car le divertissement nous permet aussi de nous aérer l’esprit et de trouver la solution à nos problèmes, il est source d’inspiration et de plaisir. Ce qu’il faut, c’est trouver un juste équilibre. Voici des pistes :
– Bloquez un ou plusieurs créneau(x) dans la journée pour réaliser vos projets, le reste est destiné aux distractions
– Travaillez par intervalles. 10-15 minutes de concentration, 2-5 minutes de distractions, etc.
– Essayez le 40-20 : 40 minutes de concentration, 20 minutes de distraction.
– Déconnectez-vous pendant de longues plages horaires et réservez certains moments aux distractions.

6: pourquoi il est difficile de lâcher prise

Laisser tomber notre dépendance à tout ce qui nous distrait est plus simple à dire qu’à faire. Pourquoi ?

– Addiction. Nous sommes « accros » aux informations, aux actualités et aux autres sources de distraction. Pour nous en défaire, il faut identifier chacune de nos addictions séparément, comprendre l’élément qui déclenche la compulsion puis prendre conscience de ces automatismes. Souvenez-vous : toute compulsion est temporaire. Comme une vague, elle surgit de la mer puis disparaît. Dès que vous la sentez venir, respirez profondément et remplacez cette habitude par une autre.

– Remplir un besoin émotionnel. Toute distraction répond à un besoin : être satisfait, savoir que l’on est important, éviter l’ennui. Enlevez ces distractions et vous créerez un vide qui devra être comblé. A vous d’identifier vos vrais besoins et d’y trouver des parades.

– Peurs. Nos peurs ont du pouvoir sur nous tant que nous ne les démasquons pas. Mettez vos peurs à l’épreuve des faits. Vous serez surpris de constater que vos peurs sont sans fondement.

– Désirs. Nos désirs peuvent être des freins à notre « désintoxication ». Le désir de réussir, d’être vu comme un expert ou de s’enrichir peuvent nous conduire à devenir hyper-connectés. Soyez honnête avec vous même et décidez de vivre avec vos désirs, mais en toute conscience, ou de vous en débarrasser.

7: des outils pour vaincre les distractions

Voici quelques outils pour bloquer les sites web et autres ressources chronophages pendant le laps de temps que vous définissez :

Mac : Freedom (déconnecte internet), Selfcontrol (déconnecte les sites sélectionnés), Concentrate (crée un environnement propice aux projets choisis), WriteRoom (éditeur de texte simplissime – l’un des meilleurs), Ommwriter (éditeur de texte avec fond d’écran et audio zen), Ulysses et Scrivener (éditeurs de texte), Megazoomer (une appli pour basculer en mode plein écran), Think (fait disparaître toutes les applications inactives à l’instant T).

Modules d’extension : LeechBlock (Firefox) – spécifie les sites à bloquer et quand, StayFocused (Chrome) – alloue un temps à passer sur les sites chronophages, Readability (bookmarklet, extension Chrome) – améliore la lisibilité des articles ou billets en les épurant. Quietube fait la même chose pour les vidéos.

Windows : Dark Room (clone de WriteRoom pour Windows), CreaWriter (éditeur de texte inspiré de Ommwriter), Q10 (éditeur de texte avec minuteur, logiciel libre), WriteMonkey (nouveau venu dans le monde des éditeurs en mode plein écran).

Autres : Emacs (éditeur de texte classique multiplateforme), Typewriter (éditeur de texte minimaliste multiplateforme).

section iii. simplifier

1: créer un environnement épuré

Par où commencer ? Procédez dans l’ordre, éventuellement par tranche de 10 à 15 min. :

– Débarrassez votre bureau

– Éteignez les notifications de votre ordinateur

– Trouvez une musique relaxante et des écouteurs

– Faites place nette sur le bureau de votre ordinateur

– Faites place nette au sol

– Faites place nette au mur

2: ralentir

Ralentir l’allure est une nécessité qui vous permet de vous concentrer plus et mieux, d’apprécier ce(ux) qui vous entoure(nt), de jouir de la vie et d’avoir moins de stress. Pour cela, il faut changer d’état d’esprit, accepter que la vie est tout simplement plus belle lorsque l’on ralentit et que l’on en savoure chaque instant. Vous pensez que vous ne pouvez rien faire pour changer ? Je dis que c’est faux et que c’est vous qui contrôlez votre vie. Quelques astuces pour y arriver :

– Faites-en moins : choisissez 2-3 choses importantes, laissez tomber le reste.

– Fuyez la « réunionite » : les réunions sont le plus souvent une perte de temps.

– Apprenez à débranchez : instaurez des plages horaires pendant lesquelles vous coupez vos appareils et vos courriels.

– Prévoyez du temps : prévoyez large pour vous préparer calmement et vous rendre tranquillement à vos rendez-vous.

– Habituez-vous à attendre sans rien faire : restez simplement assis ou debout, observez les gens autour de vous.

– Acceptez que certaines choses peuvent rester en souffrance : le monde ne s’arrêtera pas de tourner et ce qui doit être fait le sera.

– Commencez à éliminer le superflu : certaines tâches vous paraîtront secondaires et pourront être éliminées.

– Pratiquez la pleine conscience : apprenez à vivre pleinement le moment présent.

– Éliminez progressivement vos engagements : pour ne pas être débordé, limitez-vous à 4-5 engagements-clés, ne bourrez pas votre emploi du temps.


3: se laisser porter par le courant

Quels que soient nos efforts pour instaurer une saine routine, il y aura toujours des événements perturbateurs qui nous feront perdre le contrôle de la situation. Le mieux est de se laisser porter par le courant. Comment ?

– Reconnaissez que vous ne pouvez pas tout contrôler

– Prenez conscience de ce qui vous affecte (en tenant un journal par ex.)

– Respirez

– Prenez de la distance

– Pratiquez (acceptez qu’il faudra passer par des échecs avant d’y arriver)

– Riez

– Reconnaissez que vous ne pouvez pas contrôler les autres

– Acceptez le changement et l’imperfection

– Appréciez la vie comme un flux de changement, de chaos et de beauté

4: agir
 sans effort

Pour appliquer le concept taoïste du « wei wu wei », soyez comme l’eau, souple et mouvant, et positionnez-vous sans effort dans l’instant présent. Quelques clés pour y arriver :

– Placez la passion au centre de vos actes

– Si vous n’avancez plus, changez de cap

– Ne cherchez pas à contrôler ce qui vous échappe

– Vivez l’instant présent

– Envisagez tous les scénarios possibles

– Soyez souple

– Trouvez ce qui vous permet d’arriver à vos fins avec un minimum d’effort

– Faites-en de moins en moins avec de moins en moins d’effort

– Gérez les tâches faciles avant qu’elles ne deviennent difficiles

5: trois stratégies pour mettre des priorités

– Limitez le nombre de tâches à réaliser : prenez 10 minutes pour faire une liste de ce que vous voulez faire et choisissez 3 à 5 tâches prioritaires.

– Choisissez LA tâche que vous avez envie de réaliser

– Consacrez-vous pleinement à cette tâche et oubliez tout le reste pendant au moins 10 minutes.

6: laisser tomber les objectifs

Toute
 la littérature traitant de succès et de productivité est basée sur le principe des objectifs. Sans nier l’efficacité de cette notion, j’ai constaté qu’une autre voie était possible, moins artificielle, moins contraignante, moins décourageante en cas d’échec :

– Je fais ce qui m’enthousiasme

– Je ne me fais pas de souci sur mon avenir professionnel mais je me concentre sur l’instant présent

– Je ne fais pas de projets, je me laisse porter par le courant

– Je ne force rien, je laisse les choses venir à moi

– Et je me centre sur l’instant présent.

7: trouver la simplicité

– Simplifiez votre vie : moins de possessions, moins de contraintes, moins de distractions.

– Simplifiez votre travail : débarrasser votre bureau, concentrez-vous sur ce qui est vraiment important, faites-en moins mais faites-le mieux, éliminez les sources de divertissement, soyez actif plutôt que réactif. – Il faut appliquer 2 règles : apprendre à dire « non » et apprendre à en faire moins.

– Pour commencer, faites la liste de vos 4-5 priorités absolues dans la vie puis commencez à faire le ménage à un endroit, quel qu’il soit : un bureau, une étagère, etc. Faites une pile avec tout ce qui traîne puis triez en faisant trois tas : ce que vous conservez, ce que vous donnez et ce que vous jetez.

– Simplifiez systématiquement : prenez 10 minutes par jour pour faire le ménage à un endroit et prenez 10 minutes par jour pour simplifier vos contraintes, ce que vous faites et ce qui entre dans votre vie.

section iv. se centrer

1: un système simple pour réussir des choses incroyables

Étape 1 : choisissez un truc génial
Chaque matin, choisissez un truc génial que vous voulez réaliser (réaliser un projet, monter votre entreprise, apprendre la programmation, écrire une chanson, jardiner…la liste n’est pas exhaustive).

Étape 2 : débarrassez-vous du reste
Faites place nette sur votre bureau, fermez les programmes dont vous n’avez plus besoin sur votre ordinateur, éteignez toute forme de notification, déplacez les rendez-vous.

Étape 3 : concentrez-vous sur ce truc génial
Consacrez-vous à présent entièrement à votre truc génial (une ½ heure, 1 heure, 1 ½ journée), si possible dès que vous commencez votre travail. Une fois cette tâche menée à bien, savourez-en l’accomplissement.

2: mono-tâche et productivité

Une vie « mono-tâche » est une vie plus centrée sur l’instant présent : courir comme si c’était la seule chose que l’on savait faire, manger en savourant chaque bouchée, passer du temps avec ses proches comme si rien d’autre n’existait. Pour vivre une vie « mono-tâche » il faut :

– Vivre en pleine conscience

– Se débarrasser des distractions

– Choisir avec discernement

– Être complètement « dans » ce que l’on fait

– Et pratiquer !

Pour être productif tout en étant « mono-tâche » au travail, je vous conseille de :

– Choisir 1 à 3 tâches par jour maximum

– Ne rien faire avant d’avoir terminé la première tâche de votre liste de TPI (Tâches les Plus Importantes)

– Vous débarrasser des distractions

– N’effectuer qu’une seule tâche à la fois

– Ne pas céder à l’envie de vérifier votre mail ou de changer de tâche

– De rester sur vos TPI jusqu’à ce qu’elles soient terminées

– Noter sur un papier les événements qui peuvent surgir

– Respirer profondément, vous étirer et faire des pauses régulièrement

Attention : le multi-tâches, moins efficace que le mono-tâche, ne doit pas être confondu avec le multi-projets, qui consiste à travailler sur plusieurs projets en passant de l’un à l’autre lorsque les tâches que vous vous êtes assignées sont réalisées mais que le projet est momentanément en attente.

3: réduire son champ d’intervention

Le danger d’un champ d’intervention large, c’est qu’il nous amène à faire mal beaucoup de choses plutôt qu’à bien faire peu de choses. Faites le point : quel est votre objectif actuel ? Qu’est-ce qui est absolument essentiel et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Rétrécissez votre champ d’intervention, petit à petit, en laissant progressivement tomber les projets et les actions qui ne font pas partie de vos priorités.

4: lecture et recherche approfondies

Se concentrer sur la lecture approfondie d’un article ou d’un livre est devenue presque mission impossible. Il y a 2 choses importantes à faire : enlever tout le reste et couper internet. Puis lire et ne rien faire d’autre.

Pour les recherches, on a souvent besoin d’internet. Il faut donc couper les mails, la messagerie instantanée et les autres distractions. Puis, chercher tous les articles et pages à consulter, les ouvrir, y compris les liens vers d’autres informations, et enfin les lire les uns après les autres.

5: marcher, débrancher & se centrer

Si vous avez un travail et/ou un emploi du temps qui vous le permet, essayez ces deux techniques qui vous ouvriront de nouvelles perspectives :

Marchez : cheminez 20-30 minutes jusqu’à un endroit donné (café, bibliothèque, parc,…), travaillez ou lisez 30-40 minutes, prenez des notes, répondez à vos courriels, etc. Recommencez aussi souvent que vous le pouvez. C’est une forme de travail nomade qui vous permet de réfléchir en marchant, de méditer, de garder les idées claires, de rester en forme, d’être davantage concentré puisque vous avez moins de temps pour exécuter vos tâches.

Débranchez-rebranchez : déconnectez-vous pendant 1 jour ou 2, prenez des notes sur papier, passez des coups de fil, rencontrez des gens, puis reconnectez-vous pendant 1 ou 2 jours. Et recommencez.

section v. les autres

1: se centrer lorsqu’on est parent

Être parent aujourd’hui est un défi pour qui souhaite rester centré. Une approche consiste à séparer nos multiples rôles et à assigner un moment de la journée à chacun d’eux. Par exemple, s’occuper de soi tôt le matin (course, méditation, yoga, etc.) puis préparer ses enfants pour l’école, se consacrer à son travail en fin de matinée, garder l’après-midi pour les corvées ménagères, etc. et dans tous les cas, même si l’emploi du temps doit être ajusté, ne jouer qu’un seul rôle à la fois. Les parents de très jeunes enfants devront peut être s’alterner pour se laisser mutuellement un peu de répit, ou se consacrer à leurs tâches personnelles tôt le matin ou tard le soir. Enfin, débranchez la technologie lorsque vous avez l’intention de passer du temps auprès de vos enfants.

2: le problème des autres

Voici quelques conseils si vous travaillez dans l’industrie du service :

– Lorsque vous êtes avec vos clients, consacrez-vous entièrement à eux

– Dans la mesure du possible, ne servez qu’un seul client à la fois

– Réservez un créneau horaire pour vous concentrer sur une tâche

– Cherchez à réduire la charge de travail (automatisation)

– Centrez-vous dans votre vie personnelle


Si vous êtes fréquemment interrompu par le personnel et/ou par vos collègues de travail :

– Faites-en sorte que toutes les décisions ne passent pas nécessairement par vous

– Fixez des créneaux horaires pendant lesquels vous ne voulez pas être dérangé

– Déléguez un(e) décisionnaire pendant vos absences

– Gérez les attentes ; communiquez les créneaux horaires pendant lesquels vous répondrez aux sollicitations

– Soyez dans l’instant présent : si vous êtes obligé de répondre aux sollicitations immédiatement, alors concentrez-vous sur chaque problème l’un après l’autre.

– Centrez-vous lorsque vous n’êtes plus au travail

Si votre patron vous noie sous le travail, c’est plus difficile mais voici quelques pistes :

– Parlez-lui, expliquez-lui que vous serez plus créatif et plus performant si vous êtes moins souvent interrompu, demandez-lui des changements précis en proposant une période d’essai.

– Changez ce qui est en votre pouvoir

– Travaillez loin du bureau

– Prouvez que ça marche

– Ou cherchez un autre travail

Quant à tous ceux qui ne croient pas aux changements que vous voulez faire ou qui s’y opposent :

– Ne leur forcez pas la main

– Expliquez-leur en quoi c’est important pour vous et comment cela vous affecte

– Demandez-leur leur aide

– Soyez un exemple

– Changez ce que vous pouvez

3: ces managers qui changent la culture de travail

Si vous faites partie de ceux qui peuvent changer la culture de travail au sein de votre entreprise, fuyez l’activisme ambiant et mettez en place des règles permettant le centrage, par exemple :

– Discutez tous les matins avec vos employés des 3 à 5 tâches les plus importantes du jour

– Demandez-leur de s’atteler ensuite à la première tâche sans s’interrompre

– Ils peuvent s’allouer un créneau de 30 min pour vérifier les courriels, etc. avant de retourner à leur liste

– Une réunion très brève en fin de journée peut s’avérer utile pour faire le point sur l’avancement des tâches.

Voici d’autres pistes :

– Les lundis sans courriels

– Des écouteurs pour tous les employés

– Le travail à la maison 1 à 2 jours par semaine

– Pas d’internet quelques heures chaque jour

Pour changer la culture, vous pourrez peut être :

– Distribuer un exemplaire de ce livre

– Parler à vos collègues des problèmes liés au manque de concentration

– Mettre en œuvre de petits changements

– Continuer à opérer de petits changements : ils finiront par porter leurs fruits.

– Soyez patient et positif, encouragez les changements, et surtout : montrez l’exemple !

1 Partages

Laisser un commentaire