Étiomédecine par le Dr Brinette

Capture d’écran 2013-12-13 à 15.58.49

 

 

 

 

 

 

 

Une médecine qui ne cherche pas à guérir le symptôme mais son origine

 

Inventée et conceptualisée par le Dr Jean-Louis Brinette (1950-2000), élève du Dr Paul Nogier auquel il a emprunté certaines de ses méthodes, l’étiomédecine est un outil théorique et thérapeutique qui recherche l’origine des maladies et les traite. Ce n’est donc pas une profession, mais un système de soin qui s’intègre à la pratique de nombreux professionnels : médecins, ostéopathes, psychologues, psychothérapeutes, dentistes, etc.

L’énergie est une information en mouvement

A la base de l’étiomédecine, se trouve l’énergie, à laquelle le Dr Jean-Louis Brinette a consacré une place important dans son livre Etiomédecine, Tome I (téléchargeable gratuitement dans la section E-books). Pour lui, l’énergie est une information en mouvement qui est perçue par nos 5 sens mais aussi de manière extra-sensorielle par la présence d’un objet ou d’une personne, la télépathie, la clairvoyance ou la clairaudience.

Notre énergie vitale est organisée : elle comporte des couches d’énergie et des centres d’énergie. Les couches d’énergie sont constituées du corps physique, corps éthérique (couche d’énergie large de huit à dix centimètres autour de notre corps physique), corps astral (variable suivant l’individu, il peut s’étendre sur plusieurs mètres et sa densité va en se diluant au fur et à mesure qu’on s’éloigne du corps physique) et plan causal ou champ de conscience (commun à tous les hommes ; ses propriétés spatio-temporelles font qu’il n’a pas de dimension physique ni de localisation propre.). Leur rôle est de stocker des expériences nouvelles et d’établir la synchronicité entre flux nerveux et flux de pensée. Toutes nos expériences et tout notre apprentissage de la vie sont inscrits dans ces couches d’énergie. C’est pourquoi les idées ne nous appartiennent pas en propre.

Les centres d’énergie sont nos 7 chakras (sphères immatérielles d’un diamètre moyen de sept centimètres chez l’adulte énergétiquement sain). Les chakras possèdent une physiologie de fonctionnement qui leur est propre et une anomalie à ce niveau occasionne obligatoirement des perturbations mentales. Pour un chakra, l’état de repos correspond à une attitude neutre de l’individu. Par contre, dès que nous vivons une émotion, le chakra bascule, et cela quelle que soit la nature de l’émotion. L’occlusion dentaire participe au travail des chakras, la respiration a une influence sur leur fonctionnement.

La Kundalini est indépendante des autres couches d’énergie et des chakras. C’est une énergie qui ne peut que circuler. Elle a un sens : dans le sens ascendant, nous allons vers l’évolution, dans le sens descendant nous allons vers l’involution. Quand nous disons OUI en conscience, quand nous avons foi en ce que nous faisons, notre Kundalini monte. Quand on dit NON à la vie, que l’on est déprimé, que l’on doute ou que l’on porte des jugements, notre Kundalini descend.

Des tests énergétiques pour déterminer où en est le patient

En étiomédecine, le diagnostic et le traitement sont donc d’ordre énergétique. L’exploration de l’énergie du patient se fait à l’aide de différents tests énergétiques, parmi lesquels la kinésiologie (testing musculaire), le RAC (Réflexe Auriculo-Cardiaque) ou VAS (Vascular Autonomic Signal) ou encore « pouls de Nogier » découvert par le Dr Paul Nogier (1908-1996) qui se détecte par la prise du pouls radial et nécessite une grande pratique pour être faite de façon rigoureuse, l’auriculothérapie, également du Dr Nogier, qui utilise le pavillon de l’oreille comme zone réflexe ou encore des filtres, anneaux en caoutchouc à l’intérieur desquels s’insèrent deux disques en polycarbonate dont la propriété est d’être transparent à l’influx énergétique humain. A l’intérieur de ces disques, il est possible d’enfermer des gélatines colorées, des substances minérales, des formes géométriques, des substances chimiques, etc. Ce sont autant d’informations qui vont permettre une interrogation du corps énergétique de la personne examinée.

Ne jamais attaquer le symptôme de front

L’étiomédecine ne cherche ni à mettre une étiquette sur la maladie, ni à traiter directement le symptôme mais à rétablir l’harmonie au niveau des trois couches d’énergie. Toute la thérapie de l’étiomédecine repose en premier lieu sur une récupération d’un fonctionnement correct des chakras, ensuite sur la verbalisation des problèmes qui, en synchronicité avec le soin, réalise un pont entre le corps et l’esprit pour retrouver l’harmonie.
Toute maladie exprime en effet une disharmonie entre le désir de guérir et le résultat effectivement obtenu. C’est pourquoi la pensée doit accompagner l’influx nerveux. Le rôle de la douleur est de nous obliger à penser à l’organe concerné, ce qui a pour résultat de lui envoyer l’énergie dont il a besoin pour ne pas se détériorer. La maladie cherche à éviter les fuites d’énergie, autrement dit les boucles énergétiques non refermées. Le rôle de l’étiomédecine est de refermer ces boucles d’énergie. C’est en cela que les prises de conscience du patient sont fondamentales et expliquent l’acte thérapeutique.

Une approche globale de l’être

Le raisonnement thérapeutique habituel consiste à vouloir extraire ou chasser le mal. Cette notion très ancienne comporte une connotation religieuse (il faut exorciser le mal) et laisse sous-entendre que ce mal vient de l’extérieur. L’étiomédecin raisonne à la manière d’un électronicien qui se pose la question : pourquoi tel ou tel organe est-il privé d’énergie ?
Faire un diagnostic est à la fois nécessaire et gênant. En effet nommer une chose permet de refermer une boucle d’énergie, ce qui explique la situation paradoxale de certains patients soulagés à l’annonce de leur cancer. Cependant, nommer la maladie fixe sur la zone pathologique tout ce qui a été pensé, écrit et enseigné à propos de cette maladie et peut constituer un frein à l’évolution vers la guérison.
L’approche thérapeutique doit être la plus globale possible et tenir compte de tous les paramètres susceptibles de créer une pathologie. Chaque patient doit être considéré comme responsable de son évolution et de la manière la plus adéquate pour lui de gérer ses problèmes.

L’acquisition de la technique nécessite une prise de conscience de la dimension spirituelle de l’homme, en faisant abstraction de toute notion philosophique ou religieuse. Cette thérapie ne peut être exercée que par des thérapeutes expérimentés possédant de solides connaissances des structures anatomiques et physiologiques de l’homme, ainsi qu’une grande expérience clinique.

A propos de l’auteur

Le Dr Jean-Louis Brinette a formé de nombreux praticiens à sa méthode jusqu’à son décès en 2000. Max Bernardeau fut son élève et forme aujourd’hui à cette thérapie d’accompagnement les professionnels de santé qui le souhaitent.

18 réponses sur “Étiomédecine par le Dr Brinette”

  1. Bonjour! Je suis un très bon ami de Michel Patois qui habitait à Poitte. Maintenant, il réside au Villarnier à côté de Commenailles, 3 rue des Caillats. N’hésitez pas à le contacter : 03.84.44.74.59. Et vous pouvez lui laisser un message, je pense que vous serez surpris par ses résultats sur votre santé… Je peux en témoigner ayant recours à ses soins quand n’en ai eu le besoin. Je le vois très régulièrement. Pour ceux qui le connaissent déjà et qui ont eu déjà à bénéficier de ses soins d’Ethiomédecîne ou même de ses cours, vous serez ravi de le revoir.

  2. Corps du message :

    Une demande d’une internaute :

    Bonjour,
    J’habite dans le Jura et je recherche un thérapeute en étiomédecine dans ma région: Besançon, Dijon, Lyon, Bourg-en-Bresse…
    Pouvez-vous m’en indiquer?
    Je vous remercie d’avance

    Et ma réponse :

    Bonsoir,
    Je ne connais personne malheureusement dans votre région.
    Je vous suggère de vous tourner vers l’école d’étiothérapie qui saura sans doute vous recommander un professionnel qualifié, voici leur site :
    http://www.etiotherapie.com

    1. Selva Luzia, 26 C bd St Nicolas, 01000 BOURG EN BRESSE, 04 74 45 26 97
      J’ai été soigné par son mari qui a enseigné cette médecine, je peux même dire qu’il m’a sauvé la vie…

    2. Bonjour,
      Je connais une personne pratiquant l’étiomédecine dans le jura, plus précisément à pont de poitte:
      Patois Michel
      rue du Château d’Eau, 39130 PONT DE POITTE
      03 84 44 74 59
      si vous l’appellez et qu’il ne répond pas ,n’hésitez pas a lui laisser un message pour prendre rendez-vous pour une séance d’éthiomédecine.

          1. Bonjour Barbara,
            Je suis praticien en Etiomédecine et en Auriculomédecine.
            Permettez moi de vous laisser mes coordonnées pour toutes demandes d’information ou de séances.
            J’exerce en région Orléanaise – Eure et Loire – Essonne.
            Durant le parcours de perfectionnement, j’ai eu l’occasion de pratiquer avec Bruno Lieszkovsky.
            D’avance je vous remercie pour le service rendu.
            Toutefois si vous trouvez ma démarche opportun je vous prie de bien vouloir m’en excuser et oubliez mon message.
            Bien cordialement,

            Laurent Potier : 01.60.82.92.56 ou 06.37.57.67.31 courriel : potierlaurent@orange.fr
            Mon site est en cours de construction

    3. j’ai suivi une formation avec Bruno lieszkovscky formé sur ce concept d’étiomedecine et il se trouve à Tassenières dans le 39 (chercher à Cristallothérapeute je pense que l’adresse est route de dole)

Laisser un commentaire