Le Non Désiré par Daniel Meurois-Givaudan

Le Non Désiré par Daniel Meurois-Givaudan

25 mai 2015 0 Par Barbara Reibel
1 Partages

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le Non-Désiré évoque des sujets délicats, l’avortement et la fausse-couche, sans culpabilisation, en cherchant à rendre compte de ce que peut être l’itinéraire de ces âmes qui ne se sont pas incarnées. Et que l’on y croit ou non, c’est un livre qui peut apporter un espace d’apaisement pour dépasser certaines blessures trop souvent enfouies.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »8414″ img_size= »medium » style= »vc_box_shadow_3d » onclick= »custom_link » img_link_target= »_blank » link= »https://www.amazon.fr/gp/product/2923647300/ref=as_li_tl?ie=UTF8&tag=en1mo-21&camp=1642&creative=6746&linkCode=as2&creativeASIN=2923647300&linkId=0633782ed656bec24b198d4114e82575de=as2&creativeASIN=229013354X&linkId=d547621e21fed58b6123f4d34f983bf6″][vc_single_image image= »8173″ img_size= »medium » style= »vc_box_shadow_3d » onclick= »custom_link » img_link_target= »_blank » link= »https://www.amazon.fr/gp/product/2923647300?ie=UTF8&tag=en1mo-21&camp=1642&linkCode=xm2&creativeASIN=2923647300″][/vc_column][vc_column width= »3/4″][vc_column_text]

Rencontre avec l’enfant qui n’a pas pu venir

 

« Si tous ceux qui ont refusé la venue d’un enfant parmi eux pouvaient, durant quelque temps, lui donner doucement rendez-vous pendant leur sommeil, comme ce serait bon et réparateur ! »

 

Daniel Meurois[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]En préambule, l’auteur déclare : « Il m’est apparu évident que l’on ne traite pas une plaie ou une souffrance en détournant simplement notre regard de sa réalité. On la cicatrise, on la guérit, on la dépasse en osant se placer face à elle sans la nier, sans en avoir peur. On ne la traite, certes pas, par l’oubli ni par les lamentations et la pitié que celles-ci induisent mais, au contraire, par sa compréhension et par l’apprentissage de la compassion. »

L’auteur explique qu’il a suivi une âme ayant vécu un avortement qui se serait présentée à lui sous le nom de Florence. Il l’aurait suivie entre les mondes, hors de son corps, pendant un peu moins de six mois et précise : « Parler de la problématique des avortements, de l’amertume des fausses-couches et des interrogations souvent douloureuses de tout ce qui est lié aux naissances difficiles exige de l’authenticité, de la précision, du concret et, évidemment, une bonne dose d’amour. Ce sont là les outils avec lesquels j’ai travaillé. La précision et le sens du concret ne sont absolument pas, en ce qui me concerne, incompatibles avec les notions métaphysiques. Il n’était, par ailleurs, pas concevable ni souhaitable de contourner ces dernières dans leur aspect parfois déstabilisant, si je voulais pouvoir offrir une vision des choses sortant du traditionnel contexte médical, social, psychologique, religieux ou simplement moral. J’ai voulu saisir la vie le plus près possible de son essence, dans ces mondes que l’on s’acharne officiellement à nier mais où les vraies cartes se distribuent avec leurs comment et leurs pourquoi. »

À propos de l’âme-racine

« Nous avons tous, dans un autre monde, un père, une mère, un grand- parent ou un ami… de prédilection. C’est… comme un pilier, un port d’attache ou une oreille tendue que l’on peut toujours appeler. »

Métamorphoses

« La naissance, l’avortement, la mort… Tout cela illustre le même principe. Ce sont des métamorphoses. Certaines viennent en un temps estimé juste alors que d’autres sont précipitées. Seule la façon dont on est capable de les vivre leur donne un impact plus ou moins important. Ainsi, dans sa naissance comme dans sa mort, une âme trouve son chemin… ou ne le trouve pas, en fonction du degré de clarté qui l’habite. Quant à l’amour, (…) c’est lui le vrai passeur, la poudre magique dont on va emplir les bagages du voyageur pour qu’il élargisse sa route. »

Avortement et mémoire de l’âme

« Chacun, au fond de son cœur, finit par pouvoir porter lui-même un vrai regard sur ce qu’il a fait, ainsi que pourquoi et comment il l’a fait. Et… en toute vérité, ce pourquoi et ce comment sont souvent plus importants que l’acte lui-même car ils représentent ce qui suit la conscience dans ses profondeurs, ce qui y sème lumière ou ombre. Ce qui remplit le cœur, c’est ce qui remplira la mémoire de l’âme. Lorsque l’on a compris ce principe, on a compris beaucoup de choses. On se trouve alors moins prompt à bannir ou à prononcer de dures sentences. »

Se connecter à l’âme du non-désiré

Après une fausse-couche, un avortement : « Si tous ceux qui ont refusé la venue d’un enfant parmi eux pouvaient, durant quelque temps, lui donner doucement rendez-vous pendant leur sommeil, comme ce serait bon et réparateur ! »

Petite méthode pour les rendez-vous de l’âme

Au plus profond de votre cœur, il vous appartient d’abord de donner un nom à votre âme; choisissez celui que vous aimeriez porter ou celui que vous sentez être le vôtre dans le plus secret de vous-même. Gardez ce nom pour vous, ne le communiquez à personne, il est la clé de votre jardin intérieur. Chaque soir, avant de vous endormir, en toute conscience, avec volonté et tendresse, appelez votre âme par son nom. Demandez-lui d’aller rejoindre pendant votre sommeil l’âme de l’être à qui vous souhaitez vous adresser et chargez-la d’un court message à lui délivrer. Que vos phrases soient courtes, précises, aimantes et confiantes. Répétez-les trois ou quatre fois avec intensité. C’est ainsi que « quelque chose » de vous fera le Voyage durant la nuit, délivrera son message… et en recevra peut-être un en retour.

Biologie du subtil

« Il serait temps que l’on ne parle plus de l’âme comme d’un simple concept philosophique ou d’un argument religieux. Un semblable regard porté sur elle ne peut, de toute évidence, être que flou et se prêter à toutes les jongleries intellectuelles ou dogmatiques. Il existe une biologie du subtil. S’il n’y avait pas d’âme, il n’y aurait pas de chair et si elle n’avait pas de chair pour s’y mesurer, eh bien… l’âme ne grandirait pas ! »

Mémoire cellulaire

« Entre deux incarnations, chaque être conserve le bagage d’une mémoire cellulaire accumulée de vie en vie. Celle-ci se loge dans ce que l’on appelle traditionnellement l’atome-germe, au cœur du cœur de la conscience. Les pulsions incontrôlées et les réflexes viscéraux sont issus pour une immense part de cette mémoire qui induit une véritable programmation jusque dans la chair. Il s’agit, en fait, d’une sorte de charge énergétique que seul un immense amour peut, non pas combattre, mais dévitaliser et épuiser petit à petit, comme une batterie. »

L’agencement des destins

« L’agencement des destins correspond-il à une mathématique qui dépasse infiniment la plus affinée des compréhensions humaines. Il s’opère dans une zone de la Conscience Divine au sein de laquelle nos concepts classiques de justice et d’injustice ne signifient rien. »

L’Amour, le Bien, le Mal

« L’amour débute là, voyez-vous, même s’il ne semble pas encore en porter le nom. Le respect est sa graine, la première lettre de son alphabet. Est-il si impossible de murmurer au fond de soi : J’ai été blessée et j’ai terriblement mal, mais toi que le Destin a voulu placer si cruellement dans mon ventre et que je n’ai pas la force d’accueillir, je sais que tu es un être humain, je sais que tu as une âme et aussi un cœur. J’ignore, bien sûr, qui tu es et pourquoi c’est toi plutôt qu’un autre, mais sache que si je me sépare de toi, je ne t’accuse de rien et que je te respecte.

« C’est bien… C’est mal. … Notre société nous a finalement appris à ne réagir que selon ces deux principes d’un dualisme puéril. Pour conséquence, le « Bien » et le « Mal » se renvoient éternellement la balle sur la toile de fond de nos consciences qui, année après année, prennent progressivement des allures de champs de bataille. »

Deux êtres humains qui avancent

« Nous ne sommes en réalité que deux êtres humains qui essaient d’avancer comme ils le peuvent. Parfois ensemble, parfois chacun de leur côté… mais toujours du mieux possible. Oui, il nous arrive d’écrire de belles pages dont nous sommes fiers et puis d’autres que l’on a envie d’arracher, de chiffonner pour les jeter à la corbeille. Et alors ? Ce qui est arrivé devait sans doute arriver… La liberté de diriger sa vie, c’est aussi celle de ne pas toujours tout comprendre ni tout maîtriser. »

« Avoir l’impression de s’être trompé n’est pas grave. Ce qui l’est, par contre, c’est de ne jamais rien tenter ni rien choisir, c’est de rouler sur l’autoroute d’une existence en s’assurant toujours que notre ceinture de sécurité est correctement arrimée. C’est là que l’on meurt ! »[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »Mon avis  » i_icon_fontawesome= »fa fa-pencil » i_color= »white » i_background_style= »rounded » i_background_color= »blue » i_size= »lg » align= »align_left » border_width= »3″ add_icon= »true »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

J’aime bien

  • L’évocation de sujets parfois tabous comme celui de l’avortement sans culpabilisation ni moralisation
  • Lire ce livre permet de donner un sens à des blessures souvent niées : l’avortement, les fausses-couches, les morts prématurées ou encore les malformations.

J’aime moins

  • Certains propos new age me laissent perplexes, par exemple quand l’auteur va à la rencontre de quelques âmes qui n’ont pas pu s’incarner et leur parle.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »8414″ img_size= »medium » style= »vc_box_shadow_3d » onclick= »custom_link » img_link_target= »_blank » link= »https://www.amazon.fr/gp/product/2923647300/ref=as_li_tl?ie=UTF8&tag=en1mo-21&camp=1642&creative=6746&linkCode=as2&creativeASIN=2923647300&linkId=0633782ed656bec24b198d4114e82575de=as2&creativeASIN=229013354X&linkId=d547621e21fed58b6123f4d34f983bf6″][vc_single_image image= »8173″ img_size= »medium » style= »vc_box_shadow_3d » onclick= »custom_link » img_link_target= »_blank » link= »https://www.amazon.fr/gp/product/2923647300?ie=UTF8&tag=en1mo-21&camp=1642&linkCode=xm2&creativeASIN=2923647300″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_raw_html]JTNDZGl2JTIwaWQlM0QlMjJ3QmE3Nzc4JTIyJTNFJTBBJTNDZGl2JTIwY2xhc3MlM0QlMjJCdGl0cmU3Nzc4JTIyJTIwaWQlM0QlMjJCaWR0aXRyZTc3NzglMjIlM0UlM0NoMiUzRSUzQ2ElMjBocmVmJTNEJTIyaHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cuYmFiZWxpby5jb20lMkZtb25wcm9maWwucGhwJTNGaWRfdXNlciUzRDE3MzY5NSUyMiUzRUF2aXMlMjBzdXIlMjBCYWJlbGlvLmNvbSUzQyUyRmElM0UlM0MlMkZoMiUzRSUzQyUyRmRpdiUzRSUzQ2RpdiUyMGlkJTNEJTIyQmNvcnBzNzc3OCUyMiUzRSUzQ3NjcmlwdCUyMHR5cGUlM0QlMjJ0ZXh0JTJGamF2YXNjcmlwdCUyMiUyMHNyYyUzRCUyMmh0dHBzJTNBJTJGJTJGd3d3LmJhYmVsaW8uY29tJTJGd2oucGhwJTNGaWQlM0Q3Nzc4JTIyJTNFJTNDJTJGc2NyaXB0JTNFJTNDJTJGZGl2JTNFJTBBJTNDZGl2JTIwY2xhc3MlM0QlMjJCZm9vdGVyNzc3OCUyMiUzRSUzQ2ElMjBocmVmJTNEJTIyaHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cuYmFiZWxpby5jb20lMjIlM0UlM0NpbWclMjBzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy5iYWJlbGlvLmNvbSUyRmltYWdlcyUyRmxvZ28yLkdJRiUyMiUyMGFsdCUzRCUyMkJpYmxpb3RoZXF1ZSUyMiUyMCUyRiUzRSUzQyUyRmElM0UlM0MlMkZkaXYlM0UlM0MlMkZkaXYlM0UlMEE=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]

1 Partages