Author Archives: En 1 mot

  • 0
la voie de l'amoureux arouna lipschitz

La Voie de l’Amoureux : savoir aimer plutôt que rêver d’amour par Arouna Lipschitz

Arouna Lipschitz, psychologue et philosophe au parcours tumultueux, raconte dans cette autobiographie comment, après 10 ans de vie monastique, elle rompt ses vœux de chasteté et s’engage dans une relation amoureuse avec un brillant et séduisant Canadien. Cette relation se soldera par un échec dont Arouna tire de nombreux enseignements. Au fil de ce récit personnel et intime, Arouna nous livre les clés d’une vie amoureuse réussie.
Car pour elle, pas de doute : aimer, ça s’apprend.

 

J’aime

  • Oui, la relation amoureuse s’apprend et je me sens forcément plus touchée lorsque c’est une femme qui en parle

  • Arouna démonte un certain nombre de mythes qui empoisonnent la relation amoureuse : le mythe du prince charmant, la nostalgie de l’ailleurs (où, c’est bien connu, l’herbe est toujours plus verte), etc. et ses propos font mouche !

  • Les sujets abordés dépassent le cadre de la relation amoureuse : la psychogénéalogie, la méditation, les anges gardiens, le bio…

  • Le regard de femme posé sur l’érection masculine, « ce petit miracle physique qui donne corps au sentiment de puissance. Passer de l’avoir à l’être du phallus avec pour référence ce signe éphémère de puissance ne doit pas être plus simple pour eux que ne l’est pour les femmes la construction de leur valeur d’elles-mêmes sur l’absence de signes apparents ! ».

J’aime moins

  • Le texte se perd parfois dans des détails du quotidien qui n’apportent rien au récit

 

Quelques citations extraites du livre

 

« équilibrer le sens du sacré avec un sacré bon sens »

 

« Pour éviter la folie, l’approche mystique ne doit pas viser les pouvoirs occultes et la connaissance doit se vivre comme toujours inachevée. »

 

« Quand nous cessons de vouloir convaincre tout un chacun de la pertinence de nos choix c’est que nous y croyons enfin nous-mêmes. »

 

« Nos parents sont nos meilleurs alliés d’évolution. »

 

« En allégeant notre patrimoine cellulaire nous permettons à toute notre lignée d’évoluer.»

 

« Si l’inconscient parle, pourquoi le cosmos serait-il silencieux ? »

 

« Parler est la clé de notre pouvoir créateur, celui de créer du lien. »

 

« N’avoir besoin de personne n’est pas une preuve d’autonomie mais une illusion d’indépendance ancrée dans l’ignorance. »

 

« On peut partager ses états d’âme mais on ne se ressource qu’en solo. »

 

A propos de Arouna Lipschitzarouna lipschitz

Née en 1947 à Metz, Arouna est psychologue et philosophe, femme de lettres, conférencière, productrice et réalisatrice française et canadienne. En 2010, elle crée une école de philosophie en ligne , la Voie de l’Amoureux, qui diffuse son enseignement sous forme de cours-vidéos.. La voie de l’amoureux (2005) est le dernier tome d’une trilogie autobiographique commencée avec Dis-moi si je m’approche et L’Un n’empêche pas l’autre.

Enregistrer

Enregistrer


  • 0
access-bars-sylvie-renoulet

Access Bars : 32 points pour se libérer de ses pensées limitantes

Category : Blog , Vidéo

Access Bars

La méthode Access Bars décryptée

Sylvie Renoulet, master coach, sophrologue et fondatrice de l’institut Sophrolia, a plus d’une corde à son arc, et notamment la méthode Access Bars.

Cette méthode, fondée il y a une vingtaine d’années par Gary Douglas, auteur et conférencier américain, fait partie d’un ensemble d’outils et de processus de transformation appelé Access Consciousness.

Dans cette interview, j’interroge Sylvie Renoulet sur les fondements et les bienfaits de Access Bars, sur les différences avec une séance de Reïki, sur le déroulement d’une séance, sa durée, son prix, etc.

Je parle aussi de mes propres ressentis après la séance que nous avons réalisées ensemble avant l’interview.


Transcription de la vidéo

Barbara : Coucou Sylvie !

Sylvie : Bonjour Barbara !

Barbara : Alors Sylvie, je te présente en deux mots : tu es master coach, sophrologue depuis de nombreuses années, et tu as fondé un institut de sophrologie qui s’appelle Sophrolia.

Sylvie : C’est ça.

Barbara : Et qui est basé ici, à Colmar. Mais aujourd’hui ensemble, on va parler d’une méthode très originale, que j’ai eu la chance de pratiquer avec toi, et qui s’appelle Access Bars.

Sylvie : C’est ça.

Barbara : Alors, ce n’est pas très très connu.

Sylvie : Non.

Barbara : Et justement, je compte sur toi pour nous l’expliquer.

Sylvie : Effectivement, c’est une technique qui nous vient des Etats-Unis, élaborée depuis une bonne vingtaine d’années. L’inventeur de cette technique s’appelle Gary Douglas. Je suis praticienne, donc je suis formée et habilitée à donner des soins. C’est une technique qui fait partie d’un ensemble plus important, qui s’intitule Access Consciousness. L’objectif étant de permettre aux individus d’ouvrir leur conscience. Ces techniques et son inventeur partent du principe que nous aurions au niveau de la tête, du crâne, comme des barres électromagnétiques, sur lesquelles du coup on peut agir. Chaque barre correspond à un domaine de vie. En fait, il y a 16 barres, deux extrémités pour chaque barre, donc 32 points. Et l’idée, en tout cas lors d’une séance complète, et bien c’est d’appuyer, alors juste avec le bout des doigts, sur ces 32 points, répartis dans toute la tête. Chaque barre correspond à un domaine de vie, on le disait. Par exemple, il y a une barre qui correspond à l’argent, la créativité, la communication.

Barbara : D’accord.

Sylvie : Il y a aussi des barres qui touchent plus spécifiquement l’aspect physique, il y a une barre consacrée au corps, une barre concernant la sexualité, notre rapport au vieillissement, des barres qui touchent les émotions, etc. etc. Et toutes ces barres renferment l’ensemble de nos pensées, idées, croyances, émotions également, que nous entretenons sur ces différents domaines. Et l’objectif, et bien, en pressant légèrement ces points, c’est de créer une espèce de… Si on prend une métaphore informatique, de créer une sorte de « reset ».

Barbara : D’accord.

Sylvie : Qui va faire une forme de nettoyage, un petit peu comme si… En fait, ces barres représenteraient notre disque dur, et en appuyant sur ces points spécifiques, c’est comme si on introduisait un virus de nettoyage de toutes ces croyances, pensées, idées, etc…

Barbara : ….qui nous façonnent.

Sylvie : … Conceptions voilà, et en tout cas, qui nous limitent. Et plus on va faire de séances de barres, plus on va…

Barbara : Nettoyer en profondeur.

Sylvie : Activer ce nettoyage.

Barbara : Alors, il y avait autre chose qui m’avait un petit peu fascinée… Ça me faisait penser moi, en tout cas, au Reïki. Tu vois par rapport au centre d’énergie, aux points…

Sylvie : L’aspect énergétique.

Barbara : Voilà. À cet aspect-là.

Sylvie : En plus, je suis également initiée au Reïki donc du coup j’ai… j’ai ces deux approches là. La différence peut être c’est que, lorsqu’on donne un soin Reïki, on devient canal de l’énergie. On « autorise » cette énergie à nous traverser, pour ensuite pouvoir la transmettre à la personne à laquelle on donne un soin. Quand on propose une séance de Bars, c’est un peu différent parce qu’on va finalement travailler avec l’énergie présente dans la personne. Et là, on rejoint la pratique qu’on peut avoir en Reïki, c’est-à-dire que, au moment où on va apposer les mains sur les différentes barres, les différents points, il y a des choses qui se passent, des ressentis. Parfois, on ne sait pas pourquoi, enfin, je peux avoir l’impression que mes doigts sont collés. Voilà, puis à un moment donné, on… Voilà, je sens que c’est bon, on peut passer à une autre… à une autre barre, et çà voilà, on ne peut pas tellement l’expliquer.

Barbara ; Moi j’ai eu la chance de faire un soin avec toi, et c’est exactement ce que j’ai ressenti, c’est-à-dire que d’abord un grand bien-être, un grand lâcher prise. Et après effectivement, il y a des choses qui se passent, mais c’est très subtil. J’aime beaucoup ce que tu dis, ça fait partie d’un cheminement personnel.

Sylvie : Moi je dirais que ça a tendance à accélérer le processus. Voilà, à partir du moment où on est rentré dans un processus de… de changement, quel que soit ce changement, il y a l’aspect conscient. Et puis, on peut y associer des approches différentes comme les Bars.

Une séance de Bars peut aussi tout à fait trouver sa place dans un accompagnement global, par exemple lorsque j’accompagne en coaching, ça peut être une dizaine de minutes en fin de séance, en fonction de la problématique qui aura été abordée, et bien d’aller terminer en allant activer donc la ou les barres qui correspondent.

Barbara : Alors, dernière question Sylvie, combien ça coûte, et comment on fait si on est intéressé ?

Sylvie : Alors combien ça coûte ? Mon tarif est de 55€ la séance. Une séance de Bars complète dure entre 1h15 et 1h30, tout compris : l’échange préalable, la séance en elle-même, et puis l’échange final. Pour les personnes qui sont intéressées, il suffit de me contacter par téléphone, par mail, pour prendre un rendez-vous.

Barbara : À l’adresse qui s’affiche. Voilà, ben écoute Sylvie, je te remercie beaucoup, nous voilà presque arrivées. Je te remercie déjà d’avoir pris ton temps, d’avoir été avec nous là, tout le long, pour nous raconter un petit peu ce que c’était cette nouvelle méthode Access Bars, et je rappelle que tu es directrice de Sophrolia. Voilà !

Sylvie : Merci à toi Barbara !

Barbara : C’est moi, bonne journée.

Sylvie : À bientôt.

 

 

 

 

 


  • 0
développement personnel

Développement personnel

Category : Blog

Et vous, quelles méthodes de développement personnel vous parlent ?

Répondez au questionnaire et faites partie des bêta-testeurs  !

Vous êtes sensible à votre bien-être ?

Vous avez envie de changer des choses dans votre vie ? Mieux équilibrer votre vie personnelle et votre vie professionnelle ? Vous voulez redevenir acteur de votre vie ? Retrouver du temps pour vous ?

Le développement personnel est fait pour vous aider à trouver des réponses à vos interrogations.

Mais en fait, le développement personnel, c’est quoi ?

Le développement personnel, c’est ce terme un peu fourre-tout qui regroupe une multitude de courants de pensée et une foule de méthodes pour nous aider à devenir «  la meilleure version de nous-même ». Un vaste programme. Et des techniques à perte de vue.

Justement, ces techniques, parlons-en. Saviez-vous que vous pouvez pratiquer l’auto-hypnose pour entrer en « transe hypnotique » et stopper certaines addictions, comme le tabac ? Vous avez sans doute entendu parler de la sophrologie, mais que diriez-vous de l’utiliser chez vous ou au travail pour transformer vos angoisses en pensées positives ? Avez-vous déjà testé un ancrage PNL pour vous sentir plus sûr de vous dans certaines situations ? Le yoga vous tente mais vous n’avez pas la souplesse d’un bretzel ? Vous vous demandez si la Loi d’attraction est un cadeau ou un canular ?

Ces quelques exemples démontrent la diversité des méthodes de développement personnel. Certaines sont issues de la psychanalyse, d’autres sont nées de la nébuleuse « New Age », d’autres encore sont pratiquées traditionnellement depuis des millénaires… laquelle choisir ?

Vers quelle méthode vous diriger pour être bien ou aller mieux ?

C’est exactement la question que je me suis posée il y a une vingtaine d’années, quand j’ai commencé à remettre un peu d’ordre dans ma vie. À l’époque, le coaching était réservé à une élite et les outils de développement personnel n’étaient pas aussi accessibles qu’aujourd’hui. Lorsque j’ai pris mes premières décisions significatives, comme celle de quitter un emploi prestigieux et bien rémunéré, j’ai décidé de tester différentes approches en recourant à la bonne vielle méthode d’essai-erreur. Certaines m’ont réussi, d’autres moins.

Ensemble, défrichons la jungle du développement personnel …

Aujourd’hui, les méthodes de développement personnel pullulent au point de donner le tournis. Et pourtant il n’a jamais été aussi urgent d’être bien au quotidien, d’apprendre à se connaître, de réaliser son potentiel, de reprendre sa vie en main.

J’ai accumulé depuis plus de 20 ans des connaissances et de l’expérience en matière de croissance personnelle. J’ai développé une compréhension et une approche personnelles des méthodes existantes. Surtout, je suis devenue mère de trois enfants, ce qui m’a contrainte à simplifier et à condenser les techniques pour pouvoir continuer à les pratiquer malgré un emploi du temps chargé 😉

 … pour en retenir des pratiques immédiatement accessibles

Je projette de mettre à votre disposition des exercices simples et rapides issus des techniques de développement personnel qui ont fait leurs preuves. Ces exercices, sous forme de vidéos, de textes et d’audios, sont faciles à intégrer à un planning même serré.

Mes propositions vous feront gagner du temps en vous évitant les tâtonnements inutiles qui mènent au découragement, puis à l’abandon. Mes contenus sont volontairement condensés et simplifiés pour qu’ils restent faciles à mettre en pratique, surtout si vous disposez de peu de temps. Ils vulgarisent des outils qui semblent parfois rébarbatifs ou inaccessibles aux non-initiés.

Testez gratuitement pendant 2 mois
les méthodes  qui marchent 

Faites la place à de réels changements dans votre vie

Si vous voulez connaître les méthodes qui marchent et les appliquer pour constater de réels changements dans votre vie, inscrivez-vous pour devenir bêta-testeur et répondez au questionnaire en moins de 3 minutes.

L’accès à l’intégralité de mes contenus vidéo, texte et audio sera gratuit pendant environ 2 mois (phase bêta prévue de mai à juin 2017) et vous pourrez décider ensuite de vous abonner ou non.

Je serais ravie de vous faire (re)découvrir les outils du développement personnel sous un jour nouveau pour vous aider à atteindre vos objectifs personnels et à vivre plus pleinement votre vie.

À très vite !

Barbara


  • 0

Paru sur Bloomr : Barbara, blogueuse ou l’énergie de la liberté

Category : Blog

Barbara-Reibel reconversion

Barbara, ex chef de produit et quasi-ex-traductrice dégage une belle énergie positive. A bientôt 50 ans, cette entrepreneure multi-casquettes entame un énième virage dans sa carrière pour devenir blogueuse professionnelle et se lancer dans le coaching.

Le luxe de la liberté

Je cumule plusieurs casquettes. Je fais de la traduction et de la rédaction pour des magazines de santé, et j’essaie en parallèle de développer une activité de blogging autour de deux blogs. Le premier, Humour Me by Barbara est un blog humoristique pour les mamans débordées qui raconte les péripéties d’une femme avec un mari et trois enfants. Je publie un billet par semaine, donc 52 par an, et j’auto-édite un livre chaque année qui les rassemble*. Le deuxième blog s’appelle En 1 Mot et j’y passe en revue les outils du développement personnel de type sophrologie, PNL, l’alimentation, la spiritualité…

Mon objectif est de pouvoir en vivre en lançant des programmes numériques autour de l’accompagnement au changement. L’idée est de prendre les gens par la main, leur proposer un planning, des groupes de relâche et un coaching soit par Skype, soit par mail, ça reste à définir. J’envisage de faire une formation de coach prochainement pour avoir une certification RNCP.

Mon maître mot dans ma vie professionnelle, c’est la liberté. Quand j’ai quitté le salariat en 2000 pour me mettre à mon propre compte, j’ai réalisé un rêve et je ne rendrais pour rien au monde cette liberté.
Je me souviens à une époque quand je rentrais du travail, j’étais vide. Il n’y avait plus rien. Plus d’énergie, plus d’envie, trop fatiguée même pour avoir envie d’échanger avec mon fils. Aujourd’hui, j’aligne les mêmes heures voire plus, mais avec une autre énergie. Quand on est libre, il y a un espace qui permet la créativité, de toucher ses propres limites.

Ceci dit, la liberté est fantastique mais elle a un prix. La sécurité financière pour commencer, ce que je résous en partie grâce au salariat de mon mari sur lequel j’ai la chance de pouvoir m’appuyer. Si j’élevais seule mes enfants je tiendrais peut être un autre discours.

Après la crise, le renouveau

Mon parcours professionnel a suivi pas mal de chemins de traverse et de détours. Je suis très loin de mon métier d’origine.
Après une école de commerce, j’ai commencé comme chef de produit marketing puis j’ai gravi les échelons jusqu’à devenir chef de produit international pour un grand groupe de l’industrie pharmaceutique.

Ce qui a débuté le changement c’est un évènement extérieur que je n’ai pas du tout maîtrisé : j’ai été licenciée de façon très inattendue. Cet évènement a changé toute la donne et m’a donné un coup de pied au derrière. Je me suis dit que c’était le moment de faire quelque chose que j’avais toujours eu envie de faire mais que je n’avais jamais osé parce que j’étais dans le salariat avec ses avantages, son prestige. Ça a été le déclenchement pour me mettre à mon propre compte.

Je voulais un job qui me permette d’être freelance en restant à la maison. Comme j’aime écrire et que je parle couramment anglais et allemand, la traduction s’est imposée comme une évidence. Je n’avais pas vraiment besoin de diplôme, j’avais un carnet d’adresses important et je connaissais bien ce domaine, ce qui m’a permis de développer assez naturellement une clientèle. J’ai appris en autodidacte, et je fais ça depuis 17 ans.

La transition vers ce qu’on aime : une phase délicate à gérer

Le problème quand on traduit, c’est qu’on ne traduit pas ses propres mots, on traduit un texte, parfois mal écrit, par une autre personne, on est toujours un peu prisonnier de la version d’origine. J’avais envie d’être plus créative et je me suis lancée dans l’écriture d’articles.

Aujourd’hui je suis dans une phase de transition. Si vous me demandez aujourd’hui, je me sens blogueuse, conférencière, coach mais pas traductrice. Je suis passée dans une autre énergie. J‘aimerais arrêter mon métier de traductrice qui ne me nourrit plus pour me consacrer à 100% à mon blog mais c’est ce qui paye mes factures. C’est une source de tiraillements, mais j’ai besoin de sentir que je suis auto suffisante donc j’accepte les frustrations inévitables que cause cette situation et je la vis du mieux que je peux. On a tous des phases comme ça qu’on doit négocier, on fait toujours des compromis.

Cette phase est aussi une bonne source de stress pour réussir à gérer tous ces projets en parallèle ! Ça exige de bien s’organiser au quotidien et de se discipliner. La persévérance apporte des choses extraordinaires. Je suis pas mal les conseils de Laura Mabille qui a mis en place le réveil matinal. L’idée est de se réveiller à 5h30 du matin pour avoir 1h30 ou 2h pour ses projets. Je le fais deux à trois par semaine et ça booste ma performance, c’est mon moment à moi où personne ne vient m’interrompre. Je fais aussi 5 à 10mn de méditation au moins 5 fois par semaine. J’ai un planning dans lequel je rentre des rendez-vous avec moi-même pour me contraindre à une certaine discipline.
J’accepte aussi de mieux en mieux qu’il faut du temps. J’apprends la patience.
Garder une certaine légèreté

Aujourd’hui, je remercie mon ex-patronne de m’avoir licenciée !
Dans toute crise il y a déjà l’essence d’un renouveau, si on veut bien regarder. C’est une opportunité pour se remettre en question et rebondir.

Dans ces moments, la capacité à porter un regard positif sur les choses joue un grand rôle. Il s’agit de relativiser, de prendre de la distance et de laisser les émotions un peu de côté pour tirer le meilleur parti de chaque expérience. C’est ce qui permet de rebondir et de ne pas en rester à la première lecture des choses, de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.
Je suis persuadée que l’être humain est fait pour vivre des belles choses et c’est à nous de les trouver.

À mon fils de 20 ans, je dis : va là où ton coeur te porte, parce que ton coeur ne se trompe pas. Ton mental, en revanche…méfie toi !
C’est important d’être maître de sa destinée sans se laisser influencer par les attentes des autres et d’aller où on a envie d’aller.


En savoir plus

Barbara est une Bloomeuse ! Lire son portrait sur Bloomr

Les blogs de Barbara Reibel:

* 52 nuances de vie



  • 0
pnl ancrage

Exercice de PNL : se créer un ancrage positif

Category : Blog , Fiche , Psycho

L’ancrage PNL (Programmation Neuro-Linguistique) consiste à associer un état émotionnel positif à un geste précis pour pouvoir créer un conditionnement bénéfique. À chaque fois que vous aurez besoin de renouer avec ce ressenti, il vous suffira de refaire le geste qui lui est associé.

L’exercice que je vous propose ici ne dure que 5 minutes : vous découvrez, vous essayez et vous persévérez si cette pratique vous convient. L’idéal étant, bien entendu, de répéter l’association geste-émotion pour l’ancrer dans vos habitudes.

Pour en savoir plus sur la PNL, ses fondements et ses origines, je vous invite à lire cet article ou ce résumé de livre (50 exercices de PNL).

Vous pouvez lire l’exercice ci-dessous ou le télécharger au format PDF.

Et vous, quel geste avez-vous choisi pour réaliser votre ancrage ?

Barbara

PNL : se créer un ancrage positif

L’ancrage PNL (Programmation Neuro-Linguistique) consiste à associer un état émotionnel positif à un geste précis pour pouvoir créer un conditionnement bénéfique. À chaque fois que vous aurez besoin de renouer avec ce ressenti, il vous suffira de refaire le geste qui lui est associé.

Étape 1

Choisissez l’émotion que vous voulez provoquer en fonction de votre besoin : bien-être (si vous êtes mal dans votre peau), sérénité (si vous êtes anxieux-se), confiance en vous (si vous doutez de vous), calme (si vous êtes stressé-e), etc.

 

Étape 2

Identifiez une expérience du passé qui a déjà provoqué cette émotion, un moment où vous avez ressenti ce plaisir particulier lié à la sensation que vous voulez retrouver.

 

Étape 3

Choisissez le geste qui va représenter votre ancrage positif et que vous pourrez reproduire discrètement en toute situation. Par exemple vous pincer un doigt, poser votre main sur l’épaule, manipuler votre montre ou un bijou, etc.

 

Étape 4

Installez-vous dans un endroit calme, en position assise et détendue. Lisez les étapes 5 et 6 pour les mémoriser. Respirez bien profondément par le ventre, puis fermez les yeux et faites le vide dans votre esprit.

 

Étape 5

Repensez au souvenir particulièrement plaisant que vous avez identifié à l’étape 2, revoyez la scène et remettez-vous en situation. Rappelez-vous tous les détails associés à cette expérience : couleurs, odeurs, musique ou bruits, etc. Laissez venir à vous l’émotion de ce moment précis, laissez vous submerger par cette émotion.

 

Étape 6

Dans cet état émotionnel particulier, faites alors le geste que vous avez choisi à l’étape 3. Soyez conscient de votre geste et associez-le volontairement à votre émotion. Répétez votre geste 3 fois en focalisant toute votre attention sur le moment présent.


  • 0
Watsu Danielle Gosset

Watsu : une séance de shiatsu dans l’eau avec Danielle Gossett

Category : Blog , Vidéo

Watsu ou Water Shiatsu

Je ne connaissais pas le Watsu avant de rencontrer Danielle Gossett, la Fée de la relaxation. Bien que le Watsu soit la contraction de « Water Shiatsu », ou shiatsu dans l’eau, c’est surtout les sensations particulières liées au portage dans l’eau chaude que j’en ai retenu.

Dans cette interview avant / après, j’interroge Danielle Gossett sur la formation de Watsu qu’elle est en passe de terminer, sur les bienfaits que les participants en retirent, sur le déroulement d’une séance, sur le fondateur du Watsu, Harold Dull.

Après la séance de Watsu que Danielle me prodigue dans la piscine privée de la Clinique Lucernoise de Crans-Montana, je livre mes impressions à chaud !

Transcription de la vidéo

Barbara : On est dans le Valais en Suisse romande près de Crans-Montana et on a un grand beau temps comme ça se voit avec, ce que tout le monde ne voit pas, les sommets enneigés. Donc, tu es une praticienne qui a plusieurs cordes à ton arc. Tu fais des massages à l’huile, du shiatsu. Tu fais également de la réflexologie plantaire, mais ce matin, je voulais te voir pour quelque chose qui m’a intrigué et qui s’appelle le Watsu. Est-ce que tu peux nous dire de quoi il s’agit ?

Danielle : Alors, le Watsu est une technique de relaxation corporelle et qui se passe dans l’eau chaude. Le mot Watsu vient des mot « water » et « shiatsu ». Donc du Shiatsu dans l’eau.

Barbara : D’où vient cette méthode de relaxation ?

Danielle : L’inventeur s’appelle Harold Dull et c’est lui qui avait été au Japon se former chez Matsunaga au Shiatsu et, rentré aux États-Unis, il choisit d’intégrer le shiatsu et de le pratiquer dans l’eau.

Barbara : Ce qui a donné le watershiatsu.

Danielle : Water shiatsu exactement. C’était dans les années 80 à peu près, et maintenant c’est pratiqué dans une trentaine de pays au moins.

Barbara : Et toi, comment tu l’a connu, alors ? Raconte nous.

Danielle : C’est à Lavey les Bains. J’avais choisi de me réserver une séance de watsu pour moi. Et à la fin de la séance, quand j’ai senti les effets bienfaisants, apaisants, je me sentais à l’intérieur en harmonie. Alors qu’en général, je suis plutôt un peu comme ci un peu comme ça. Donc là, j’étais vraiment apaisée.

Barbara : Plutôt hyperactive ?

Danielle : Oui, hyperactive, mais je me soigne !

Barbara : Donc, ça a été vraiment un déclic ?

Danielle : Vraiment.

Barbara : T’as vécu cette séance de Watsu, et tu t’es dit…

Danielle : Je me suis sentie « waouh ! » et là j’ai rien eu besoin de dire, tu vois ? et l’effet s’est fait tout seul.

Barbara : Alors, raconte-nous comment ça se passe une séance. Parce que évidemment là tu nous mets l’eau à la bouche, c’est le cas de le dire !

Danielle : Donc, au départ, nous rentrons dans une piscine d’eau chaude, en général là celle de Crans-Montana est à 35°C. Donc le premier effet, c’est « ahhh »

Barbara : Donc, c’est un peu comme un bain bien chaud ?

Danielle : Voilà. On a de l’eau jusqu’à la taille à peu près et puis tout d’abord on est dans l’eau et on cherche l’un et l’autre déjà son équilibre vertical et moi je tends mes bras pour que la personne puisse s’appuyer sur mes bras tout en fermant les yeux pour bien garder son équilibre. Et là, déjà, elle se connecte à elle même, à son corps, l’une et l’autre.

Barbara : Alors, justement, je me permet de t’interrompre. La tête, est-ce qu’on l’a dans l’eau ou hors de l’eau ? Comment ça se passe ?

Danielle : Juste après ce moment de connexion, je vais prendre moi même la personne et la mettre à l’horizontale. La personne à partir de là n’a plus besoin de rien faire et à tout moment elle a de l’eau, elle a les oreilles dans l’eau et puis durant les mouvements elle aura de l’eau jusqu’au pourtour des lèvres ça c’est à moi de prêter garde et durant toute la séance elle aura le visage hors de l’eau.

Barbara : Et donc, après ce moment de connexion, d’immobilité, de calme, que se passe-t-il ?

Danielle : Ensuite je vais enchaîner différents types de mouvements dans la lenteur. Donc, il y a des moment où je fais des bercements comme dans une danse avec la personne. Et il y a des moments où ça va un petit peu plus vite avec un peu plus d’ampleur et là, je peux profiter d’utiliser l’eau pour faire des étirements et ensuite je prolonge encore l’étirement musculaire à ce moment là et aussi il y a des moments où je fais des mobilisations, par exemple, je prend une articulation, celle du genou, et je fais des mouvements comme ça, comme des rotations et ça fait travailler la hanche.

Barbara : D’accord. Mais c’est pas des manipulations au sens ostéopathique du terme ?

Danielle : Non, du tout, c’est vraiment une technique de relaxation ce n’est pas une technique de soin à proprement parler ou médicale, c’est vraiment au niveau de la détente.

Barbara : Et alors, cette séance, elle dure à peu près combien de temps ?

Danielle : Elle dure 1h en tout, 45 à 50 min dans l’eau. Dans ce moment de silence quand on approche la fin, je remets la personne à nouveau dans une position un peu assise. C’est un peu un code où à ce moment là, elle sent ou elle sait que la fin de la séance approche. Et puis, je la remets bien droite bien dans sa tête et puis ensuite je m’installe à côté d’elle et elle prend le temps qu’elle souhaite pour revenir de son voyage parce que il y a des gens qui partent très loin en voyage.

Barbara : Justement, c’était ma question ? Les clients, lorsqu’ils ont fait cette séance, qu’est ce qu’ils disent ?

Danielle : Tout d’abord, c’est déjà ce regard qui se tourne vers moi, les yeux qui pétillent, le sourire… C’est tout ce qui est apaisé. Et puis c’est : « oh, merci Danielle. Quelle découverte ! Quel voyage ! » ou alors certaines personnes me disent : « je me suis senti comme un loir qui flottait dans l’eau » ou bien « comme un oiseau sur un nuage ». Il y a un aspect physique, physiologique, bien sûr, par les mobilisations que je peux faire et puis il y a aussi tout un aspect de relaxation mentale. Et c’est cette déconnexion mentale dans le silence qui fait que la personne elle entre à l’intérieur de soi et puis elle se relaxe et en fait elle oublie le temps qui passe, les bruits qu’il pourrait y avoir autour. Et souvent, elle a des images, des métaphores, elle se rappelle un souvenir…

Barbara : Il y a des émotions qui sortent ?

Danielle : Des fois c’est un sourire parce que je sais pas à quoi la personne elle pense, et parfois, une émotion comme des larmes qui arrivent et elle se libère. Et je suis là pour accueillir ces larmes aussi.

Barbara : et toi, tu la recommandes à qui ?

Danielle : Personnellement, je la recommande à des personnes qui sont tendues, stressées, sous tension, qui ont un rythme de vie très rapide, très chargé et rarement l’occasion de prendre du temps pour elles. Donc l’avantage, c’est du temps pour soi. Et puis, c’est aussi pour les personnes qui dorment mal, qui souffrent de troubles du sommeil, qui sont réveillées souvent ou qui ont de la peine à s’endormir. Et puis, ce que j’ai constaté aussi, des personnes qui sont arrivées avec des tensions aux trapèzes, au bas du dos… je parle de tensions aussi liées à la fatigue et puis au stress, pas des douleurs liées à une hernie où là ça serait vraiment pour un traitement médical, ça je peux pas accepter ce genre de personnes qui viendraient avec ce type de douleurs. Dans ces cas là, je les réfère à des médecins pour trouver un soutien.

Barbara : Oui, parce que toi t’es pas dans la thérapie ?

Danielle : Exactement.

Barbara : Toi tu n’est pas thérapeute.

Danielle : Moi, j’aimerais me positionner au niveau de la prévention. La personne elle sent qu’elle a beaucoup de stress, qu’elle a beaucoup de fatigue, ou qu’elle a des douleurs, de la tension qui se pose sur elle et dont elle aimerait se libérer, ou elle aimerait retrouver de la paix intérieur, ou améliorer son sommeil.

Barbara : Comment tu t’es formée au Watsu ?

Danielle : Alors, la formation est un long parcours. J’ai suivi une formation avec Georges Künzler qui lui même est l’élève de Harold Dull. J’ai déjà suivi environ, 500 heures de formation.

Barbara : Ah ouais ! quand même !

Danielle : Carrément. Et donc, il y a la formation en anatomie physiologie pathologie. On doit bien sûr faire un cours au niveau de la sécurité et de réanimation cardio-pulmonaire. On fait une formation de base en Shiatsu, bien sûr.

Barbara : D’accord, bon ça, ça fait sens.

Danielle : C’est la base. Il faut connaître les méridiens, les points des carrefours et zones d’énergies, qu’on va tout à l’heure travailler dans l’eau avec la pression des pouces, de la paume.

Barbara : Tu m’avais dit que tu faisais des soins, aussi, en duo ?

Danielle : C’est un service particulier, qui je pense, est unique, et je reçois des fois deux personnes en même temps. C’est parfois un couple, c’est parfois, un parent et un enfant, c’est parfois, deux collègues, ou deux copines ou un père et son fils… Et alors, ils viennent pour deux heures de cocooning. C’est à dire que dans une salle, j’ai une table de massage. On peut donc installer une personne sur des compresses d’eau chaude et puis je les emballe dans des linges, je ferme la porte et je met de la musique douce. Et puis pendant ce temps là, moi je prends la deuxième personne dans la piscine qui reçoit la première séance de Watsu. Et puis ensuite il y a un relais qui se fait.

Barbara : Si on est intéressé, si on veut rencontrer Danielle pour une séance de Watsu, qu’est ce qu’on fait aujourd’hui ?

Danielle : Et bien le plus simple, je pense, ce serait simplement de m’appeler, m’envoyer un SMS ou un WhatsApp.

 Barbara : Donc là, on va donner ton numéro de téléphone ? C’est ok ?

Danielle : C’est ok, oui. Je vais vous donner mon numéro de téléphone. Donc si vous voulez m’appeler, vous pouvez me joindre au 079 708 45 11. Et je vous accueillerais avec plaisir.

Barbara : Bon, ben, écoute Danielle, je te remercie pour ton témoignage. On va arriver sur la clinique de Crans-Montana et je vais avoir l’énorme plaisir de me m’offrir un petit soin de Watsu que tu vas me faire. Et je te propose qu’on se retrouve après, dans une petite heure et demie, pour faire le point ensemble.

Danielle : Tip top. Bienvenue à Crans-Montana.

Barbara : Et en route pour le Watsu !

1h30 après….

Danielle : Et bien, Barbara, nous sommes donc dans le « après ».

Barbara : Oui.

Danielle : Qu’est ce que tu as envie d’en dire ?

Barbara : Avec les oreilles immergées, il y a une sensation de … on est dans une bulle, on est dans un cocon et il y a une sécurité absolue. Et c’est doux, c’est confortable, on a envie d’y rester dans cette petite bulle. Il faut vraiment l’expérimenter pour se rendre compte.

Danielle : J’espère que tu peux en parler du Watsu, parce que il faut en parler, c’est vraiment une technique qui gagne à être connue.

Barbara : Faut la tester, parce que c’est quand même une sensation à part ! Mais cette sensation d’être portée par quelqu’un, pas seulement par l’eau, par quelqu’un. Vous êtes emmené avec des mouvements toujours harmonieux, arrondis, des mouvements de balancements, des mouvements de rotation. Ça c’est vraiment extraordinaire !

Danielle : Et le silence, il se passe pour la personne ce dont elle a besoin qu’il se passe.

Barbara : Alors, c’est un point important, le silence. Je m’y attendais pas. C’est à dire, que je pensais que tu me donnerais des instructions. Ça permet l’intériorisation, effectivement, parce qu’il n’y a aucun élément extérieur qui te troubles. Tu es vraiment dans ta petite bulle, et t’y restes. Et 48 minutes, hein, on a chronométré, 48 minutes, moi, j’avais l’impression que c’était un quart d’heure, vingt minutes. Je ne voit pas le temps passer. Tu es vraiment dans ton univers, et tu ne vois pas le temps passer. C’est presque esthétique, hein, on a l’impression de faire un petit ballet comme ça, on a l’impression de danser.

Danielle : Ah oui ! Ah, ben je suis contente que tu le dises et que tu le ressentes comme ça parce que parfois j’en parle aussi comme une danse.

Barbara : Et voilà. Donc, merci Danielle.

Danielle : Ben merci, à toi aussi, Barbara.

 

 

 


  • 2
La technique des petits bonshommes allumettes

La technique des petits bonshommes allumettes par Lucie Bernier et Robert Lenghan

technique_bonhommes_allumettes_cover

Produits disponibles sur Amazon.fr

La technique des petits bonshommes allumettes : une méthode d’auto-guérison émotionnelle

La fameuse technique des petits bonshommes allumettes inventée par Jacques Martel est décrite dans ce livre, lequel répond aux nombreuses questions pratiques qui se posent inévitablement. Ce petit exercice est simple à faire ; il ne demande qu’une feuille blanche, un crayon, une paire de ciseaux et 3 minutes. Il peut s’appliquer à la résolution de problèmes relationnels comme je l’ai décrit étape par étape dans un diaporama sur les petits bonshommes allumettes , mais aussi à certaines situations (vendre sa maison, trouver un emploi, améliorer sa situation financière, etc.) comme je l’explique étape par étape dans un autre diaporama sur les petits bonhommes allumettes appliqués à une situation.

7 règles essentielles pour utiliser la technique des petits bonshommes allumettes

  1. Je désire ce qu’il y a de mieux pour moi et pour l’autre (intention bienveillante) même si je ne sais pas ce que c’est
    Attention : ce qui est le mieux pour moi peut être différent de ce que je veux personnellement !
  2. J’effectue la technique par écrit en réalisant les 7 étapes pas à pas:
    Mon subconscient retient à 90% ce que je visualise et surtout ce que j’écris.
  3. Je me dessine en premier, du côté gauche de la feuille, et je ne fais jamais la technique pour deux autres personnes
    Il est absolument primordial d’être impliqué dans la situation
  4. Je relie les 7 chakras (qui représentent différents niveaux de conscience) des deux personnes en commençant par le bas
    Puis je coupe la feuille au milieu de ces lignes et je dis « Merci. C’est fait ! ».
  5. Couper les liens de dépendance ou d’attachement, conscients ou inconscients, avec une autre personne ce n’est pas couper les liens d’amour
  6. Une fois l’exercice terminé, je jette simplement les papiers à la poubelle.
    Cette feuille est un simple « papier carbone » pour mon subconscient, dans lequel le dessin s’est imprimé. Son devenir n’a aucune importance.
  7. Il n’est pas nécessaire de répéter l’exercice, même en l’absence de résultats tangibles.

La technique des petits bonshommes allumettes est un travail symbolique

Il permet d’amener à la conscience des situations que nous vivons. Outre les situations classiques, l’exercice peut aussi se pratiquer :

  1. Dans une situation positive
    Même lorsque je suis heureux dans mes relations, je peux couper les liens d’attachement et de dépendance et ainsi vivre plus d’amour authentique
  2. Pour effectuer le détachement avec une partie de moi-même
    Je me mets à gauche du dessin avec la qualité ou l’aspect positif et je me mets à droite avec le défaut ou l’aspect négatif contraire
  3. Pour me détacher d’une situation
    Changement de travail, séparation, problèmes financiers, etc. Je relie les chakras même dans le rectangle qui symbolise une situation car toute situation que je vis implique une ou plusieurs personnes, que je les connaisse ou non.
  4. Pour faire « un grand nettoyage »
    Pour rééquilibrer ma vie, je peux faire l’exercice avec toutes mes relations significatives : ancêtres, parents, fratrie, enfants, amis, conjoint(s), collègues, patrons, voisins, animaux de compagnie, thérapeutes, etc.

Il existe une loi spirituelle qui dit que j’attire, je deviens ou je projette ce que je n’ai pas accepté.

L’exercice des petits bonshommes allumettes est expliqué dans cette vidéo avec Lucie Bernier et Jacques Martel :

J’aime

  • La technique est simple et exige peu de moyens
  • Elle est applicable à tous les domaines de la vie
  • Le fait de dessiner permet de prendre conscience de nos blocages
  • Ce travail favorise l’introspection

J’aime pas

  • Notre ego peut être un frein à notre bienveillance
  • Certains liens particulièrement toxiques peuvent être difficiles à couper sans l’aide d’un thérapeute

À propos des auteurs

Lucie Bernier est psychothérapeute et Maître Reiki. Robert Lenghan est consultant spécialisé dans la gestion du changement et des ressources humaines. Ils sont tous deux collaborateurs de longue date de Jacques Martel.

 

 

Enregistrer


  • 0
homéophyto véronique baumann

Homéophyto : la référence en matière de médecine complémentaire

Homéophyto : l’homéopathie mais pas que

J’ai rencontré Véronique Baumann, la fondatrice de homéophyto, site référence en matière de médecine complémentaire. Nous avons évoqué l’homéopathie bien sûr, et les fiches médicaments, mais aussi d’autres thérapies naturelles : la phytothérapie, l’oligothérapie, les fleurs de Bach, la sophrologie, etc.
Véronique Baumann évoque sa vision de la médecine complémentaire et ce que nous pouvons faire pour rester en bonne santé. Et s’il ne faut retenir qu’une idée : Véronique Baumann veut avant tout « Rester dans le juste ». Belle valeur.
homéophyto véronique baumann


  • 0
conférence bonnes résolutions sans stress audio

Bonnes résolutions sans stress

Pourquoi 9 bonnes résolutions sur 10 prises en début d’année échouent-elles ? Et pourquoi est-ce nocif pour notre cerveau ? Enfin, que faut-il faire pour pour réussir un processus de changement ? Réponse en 6 étapes.

Les bonnes résolutions prises en début d’année ne sont pour ainsi dire jamais tenues.

En 2007, une étude menée par Richard Wiseman de l’Université de Bristol impliquant 3 000 personnes a montré que 88% des bonnes résolutions de la nouvelle année échouaient. C’est à peu près les statistiques que l’on retrouve un peu partout : en moyenne 1 bonne résolution sur 10 est tenue, autrement dit 9 échouent.

Les résolutions non tenues ancrent l’échec

Plus inédit, le fait de prendre des bonnes résolutions serait nocif. C’est en tout cas ce qu’explique Cyrinne Ben Mamou une coach canadienne qui est aussi Docteure en neurosciences dans une vidéo postée sur You Tube. Elle explique que l’échec est toxique.

Pourquoi ? Parce que notre cerveau a tendance à consolider nos habitudes, bonnes ou mauvaises. Tout ce qui se répète à tendance à s’ancrer dans notre subconscient. Autrement dit, chaque année 9 personnes sur 10 qui prennent de bonnes résolutions mais ne vont pas les tenir, vont ancrer en eux une croyance d’échec.

En gros, cela donne : « je voudrais bien changer mais je sais que je ne vais pas y arriver ». Et ainsi l’échec est programmé. Un changement raté à répétitions, ça laisse des traces au niveau neurologique, ça crée une habitude de rater des changements.

Pourquoi les bonnes résolutions échouent-elles ?

On est quand même très motivé au moment où on les fait, alors regardons un peu plus attentivement les causes de cet échec. J’y vois 2 raisons principales :

  • La date choisie est artificielle : le 1er de l’An

Le fait de prendre des résolutions à une date imposée par l’extérieur et non dictée par nos propres rythmes est une erreur.

Si mon objectif est de perdre du poids, j’y arriverai sans doute plus facilement au printemps et en été, au moment où les repas s’allègent et les fruits et légumes sont plus abondants qu’en hiver, au quand raclette et choucroute sont à l’honneur !

Si je veux diminuer mon stress, il vaut mieux que je planifie un programme Destress ou un cours de yoga à un moment où mon agenda est moins chargé.

  • Le processus est négligé

Très souvent, nous nous concentrons sur le résultat : perdre du poids, faire du sport, ne plus fumer,… mais nous oublions que pour y arriver il y a tout un processus de changement à mettre en place.

Il faut bien comprendre qu’entre le point A (situation actuelle) au point B (résultat souhaité), l’écart est important et que si nous ne prenons pas conscience du processus à mettre en œuvre, c’est voué à l’échec.

Car il faut réaliser que la situation actuelle qu’elle nous plaise ou non est le résultat de nos habitudes de vie. Donc pour obtenir des résultats différents, nous allons devoir non seulement abandonner des anciennes habitudes mais aussi adopter de nouvelles habitudes. Et pour les adopter nous devrons mettre en place ce fameux processus de changement.
Prenons l’exemple du club de fitness. S’inscrire dans un club de fitness n’est pas un processus ou un changement d’habitude, c’est une action ponctuelle, un premier pas, nécessaire mais pas suffisant.

Donc : laissez tomber vos bonnes résolutions !
Ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas initier un processus de changement, loin de là.

Que faire si l’on souhaite changer quelque chose dans sa vie ?

« C’est de la folie de penser qu’en faisant tout le temps la même chose vous pouvez obtenir des résultats différents. »
Albert Einstein

On va voir ensemble les 6 étapes pour réussir un processus de changement, lequel ne peut pas se faire d’un simple claquement de doigts. Il va falloir y revenir régulièrement et consciemment.

Je conseille de mettre l’objectif par écrit. Certaines personnes aiment bien écrire un journal, d’autres préfèrent prendre des notes sur leur iPhone, peu importe.

  1. Choisir un – et un seul – objectif à la fois
    Le fumeur, obèse, sédentaire qui cherche l’âme sœur devra choisir un seul aspect à améliorer pour commencer. Dans la blogosphère, je peux vous citer le cas de Léo Babauta, blogueur californien qui était fumeur, en surpoids parce qu’il mangeait de la junk food, sédentaire et endetté jusqu’au cou, et qui a remis, petit à petit de l’ordre en lui et dans vie. Il a publié son témoignage sur un blog qu’il a créé, zenhabits.com, et il est devenu le spécialiste du minimalisme et du désencombrement. Preuve que ça marche, quand on s’engage au long cours et progressivement.
  2. Formuler un objectif positif et au long cours
    par ex. perdre du poids, ce n’est pas une motivation positive. Rééquilibrer durablement son alimentation, l’est. Essayez toujours de coller une valeur importante à vos yeux à votre objectif. Quelle est la valeur que vous cherchez à honorer ?Par ex. je veux arrêter de fumer parce que c’est mauvais pour la santé, même si c’est vrai, ce n’est pas une valeur. Mais je veux arrêter de fumer parce que ça va me permettre de rester en meilleure santé à long terme et je vais pouvoir marcher sans être essoufflé… il peut y avoir plusieurs enjeux, plusieurs valeurs … il faut bien les clarifier.Renforcer la formulation de son objectif en y ajoutant une perspective de temps, permet d’inscrire nos efforts dans la durée. Cela les rend plus réalistes car souvent on place la barre moins haut quand on sait qu’il va falloir tenir la distance.
  3. Se donner les moyens d’y parvenir
    S’inscrire dans un club de fitness, c’est un premier pas, mais ça ne suffit pas. Il faut se donner les moyens d’y aller.3x par sem nous allons devoir renoncer à des activités nécessaires comme préparer à manger et faire les devoir avec les enfants ou des activités qui pourtant nous font du bien comme par ex, sortir au cinéma ou au restaurant, traîner à la maison en pyjama.Comment vous allez réorganiser votre vie pour faire de la place à ces nouvelles activités ? Organiser une baby sitter s’’il faut le soir.Par ex. inscrire les entraînements dans son agenda comme un rendez-vous. Prendre rv avec soi-même.
  4. Identifier ses résistances et trouver des stratégies de remplacement
    Comment vous allez aborder les soirées où vous êtes très fatigué ou vous aurez eu une dure journée, du stress ? C’est ça les résistances, ce sont des raisons très tentantes de laisser tomber.En plus, toute habitude négative nous procure des bénéfices ! Et il faut les identifier. Cela peut être un besoin important comme par exemple : je fume pour me détendre donc il va falloir trouver un autre moyen de se détendre pour répondre à ce besoin autrement qu’en fumant. Je peux par ex apprendre des techniques de relaxation. Mais ça peut aussi être un plaisir. Je mange du sucré parce que ça me fait plaisir. Comment je vais remplacer ce plaisir à présent que je veux apprendre à manger moins sucré ?Il va falloir trouver des stratégies de remplacement, de stratégies pour contourner ces moments difficiles.Il faut aussi se préparer aux rechutes. Certaines personnes décident d’abandonner une mauvaise habitude et le font du jour au lendemain et c’est tant mieux pour elles mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Il faut bien vous mettre dans la tête que la rechute peut faire partie d’un processus réussi. Tout est une question de regard et vous pouvez très bien accepter ces retours temporaires en arrière pour ce qu’ils sont, une simple rechute, rien de plus qui ne remettent pas en question l’objectif final.Revenez dans votre processus dans tous les cas, maintenez le cap quels que soient les obstacles qui se dressent sur votre route, repensez ou relisez ce que vous avez mis par écrit. Les rechutes prouvent qu’il y a une résistance au changement donc qu’il y a un changement qui s’opère !
  5. Célébrer les petites victoires
    Se récompenser lorsque l’on a atteint les petits objectifs réalisables. 2 kilos de perdus ? On s’offre une séance de shopping. 1 semaine sans cigarette ? on s’offre une séance de shopping. 1 mois de fitness ? on s’offre une séance de shopping…. je plaisante ! À chacun de trouver ce qui la ou le motive.C’est le moment de réévaluer votre objectif, vos valeurs, de faire un état des lieux. Je vous conseille d’ailleurs de dresser un bilan une fois par semaine. Consolidez ce qui marche pour vous et changez ce qui est trop difficile.
  6. Se faire accompagner (« accountability partner »)
    Par quelqu’un qui va être le témoin conscient et engagé de votre processus. Ça peut-être votre conjoint(e), un ou une amie, ça peut-être aussi un coach ou un autre professionnel en qui vous avez confiance.Cette personne doit être une personne de confiance, bienveillante, qui va vous soutenir et vous remonter le moral, surtout en cas de rechute. On peut aussi s’engager à deux pour atteindre le même objectif et du coup se soutenir mutuellement.Ça peut être aussi un site internet où vous prenez les autres participants de votre souhait de changement et vous postez régulièrement votre état des lieux, comme par exemple le Défi des 100 jours de Lilou Macé qui compte aujourd’hui plus de 40,000 participants francophone dans le monde.Il existe aussi des applis qui permettent de noter sa progression et qui incorporent des rappels, des textes de motivation, des encouragements, des statistiques etc. : Goalmap, le Coach dans la poche.

En conclusion

Un changement réussi ça se planifie et ça se prépare. D’autant que très souvent, il va y avoir plusieurs changement et réorganisation à faire autour de cette nouvelle habitude. Il faudra transformer d’autres habitudes pour intégrer un changement durable dans votre vie.

Le 1er janvier n’est pas nécessairement le meilleur moment de l’année pour mettre en place un changement. Il vaut mieux faire un choix conscient, précis, que l’on met en place plutôt qu’énumérer une liste de bonnes résolutions qui seront mortes et enterrées début février.

Pour bien amorcer cette année 2017, je vous encourage à prendre en main un seul changement, un seul, et de réussir à en faire une nouvelle habitude qui vous aide à transformer positivement votre vie.

Exercice de visualisation

Pour cela, j’aimerais vous inviter à réfléchir par vous-même à un changement que vous aimeriez faire, une nouvelle habitude que vous aimeriez prendre, une mauvaise habitude que vous aimeriez abandonner. Prenez quelques secondes pour y penser, chacun pour soi.

C’est fait ? Lorsque vous avez trouvé ce que vous aimeriez changer, pensez à une situation qui a été très positive pour vous.

À présent, j’aimerais vous proposer un exercice de visualisation inspiré de la PNL dans lequel vous allez fermer les yeux et écouter ma voix pendant quelques minutes en visualisant sur votre écran mental une situation

Installez-vous confortablement sur votre chaise et fermez les yeux. Commencez par prendre plusieurs respirations lentes et profondes. A présent, vous allez vous souvenir d’un moment de votre vie où vous étiez pleinement confiant, satisfait, fier de vous. Rappelez-vous des pensées que vous aviez à ce moment-là, essayez de revivre par tous vos sens cette situation précise dans laquelle vous étiez bien, euphorique, reconnectez-vous à vos émotions du moment. Essayez de visualiser tous les détails liés à ce souvenir.

Une fois que vous vous sentez bien ancré dans ce moment positif de votre vie, visualisez l’objectif que vous vous êtes fixé, la nouvelle habitude à prendre, et imaginez que vous avez atteint cet objectif. Ça y est, vous avez réussi à changer ce que vous vouliez changer et vous ressentez exactement le même bien-être, la même euphorie, le même sentiment d’accomplissement que dans la situation que vous étiez en train de revivre. En fait, ces deux moments ne font plus qu’un. Constatez à quel point ces deux expériences sont similaires et combien la réussite de votre objectif est gratifiante.

Restez dans cet état d’esprit quelques instants. Sachez que vous pourrez y revenir à tout moment sur votre écran mental. Il vous suffira de convoquer la sensation de plénitude que vous avez déjà vécue pour l’associer à votre objectif du moment. Prenez quelques inspirations puis, revenez tout doucement à l’ici et maintenant et rouvrez les yeux.

J’aimerais conclure sur cette citation de Philippe Leclair, ancien sportif de haut niveau reconverti dans le coaching :

« Quand tu as un but, soit tu te donnes les moyens, soit tu te trouves des excuses. »

Bon cheminement !

Barbara Reibel


  • 0
témoignages atelier destress express

  • 0
sans stress destress express

Atelier Destress Express Spécial « Après-Fêtes »

Tags :

Category : Atelier , Blog , En vedette

Après le tumulte des fêtes et pour entamer cette année 2017 en pleine forme et sans stress, nous vous convions à un Atelier Destress Express spécial « Après-Fêtes ». Troquez les bulles de Champagne pour une bouffée d’oxygène et venez détoxifier votre mental le samedi 28 janvier de 10h à 12h, dans le tout nouvel Espace Rencontre avec soi à Colmar.

Cet Atelier, co-animé avec Sylvie Renoulet, est centré sur la pratique d’outils simples et concrets que vous pourrez facilement utiliser chez vous ou au travail pour mieux maîtriser votre stress au quotidien.

Lors de l’inscription, il vous sera demandé de faire le Stress Test (questionnaire en ligne d’une durée de 5 minutes) et de répondre à quelques questions pour mieux vous accueillir.

Attention : pour garantir des échanges de qualité, les places sont limitées.

À l’issue de l’Atelier, un déjeuner est possible au Restaurant L’Arpège (cuisine bio et de saison) sur simple inscription par mail à contact@en-1-mot.com avant le 24 janvier 2017.

Inscrivez-vous vite en cliquant sur ce bouton (paiement en ligne par carte)

Inscription en ligne

 

Vos deux intervenantes

Barbara ReibelBarbara Reibel
blogueuse à www.en-1-mot.com
et spécialiste du développement personnel

 

 

Sylvie RenouletSylvie Renoulet
sophrologue, master coach
et fondatrice de Sophrolia


  • 0

Destress Express : des nouvelles du premier Atelier

Destress Express côté "Green"

Destress Express côté « Green »

 

destress-express-hombourg-chateau

Destress Express Côté Château

destress-express-hombourg-inetrieur

Ça travaille … sans stress

 

destress-express-hombourg-sylvie

Sylvie Renoulet en pleine démo

 

Le premier atelier Destress Express s’est déroulé hier, le 19 novembre, au Château du Golf de Homburg. Dans ce cadre pour le moins « green », sous la houlette de Sylvie Renoulet, sophrologue et master coach, et de moi-même, les participants ont pu tester et pratiquer 4 outils de développement personnel :

  1. La respiration diaphragmatique ou volontaire
  2. La sophrologie
  3. La cohérence cardiaque
  4. La PNL avec la réalisation d’un ancrage

Avant de plonger dans le vif du sujet, nous avions abordé certaines notions de base sur le stress : pourquoi est-on un peu, beaucoup, beaucoup trop stressé, l’alimentation antistress, le stress et l’insomnie, le sport pour les pantouflards. Les fleurs de Bach et l’aromathérapie ont été également rapidement abordés, mais la part du Lion a été laissée à la pratique des outils destress.

L’objectif était d’outiller les participants avec des méthodes simples et efficaces pour qu’ils puissent mieux gérer, en toute autonomie, leur stress au quotidien. Les retours étaient positifs, les participants sont repartis bien armés. Reste à pratiquer régulièrement, mais nous comptons bien leur faire, si nécessaire, une piqûre de rappel.

Nous réfléchissons à d’autres Ateliers sur ce thème. N’hésitez pas à nous soumettre vos idées !

Barbara


  • 0

Bruno Lallement et l’accomplissement de soi

Category : Blog , New Age , Psycho , Vidéo

Bruno Lallement préfère parler d' »accomplissement de soi » que de développement personnel. Il ne se décrit pas comme un thérapeute mais comme un formateur. Après avoir suivi des études de psychologie, il a pratiqué et passé au crible de nombreuses méthodes de développement personnel : PNL, Analyse Transactionnelle, cri primal, décodage biologique, etc.

Il a côtoyé le bouddhisme de près en la personne du lama shimed rigzin rinpoché mais a aussi fréquenté des communautés catholiques. De ces rencontres, expériences, échanges est née une méthode de développement personnel divisée en 3 cycles qui s’étalent sur une période de 31 semaines.

J’avais envie d’aller voir de plus près ce personnage au parcours atypique, qui réalise de longues vidéos de formation et propose une méthode sur neuf mois. L’antithèse de En 1 mot, en quelque sorte 😉 Ça valait le déplacement.

bruno-lallement-accomplissement-en1mot


  • 4

Exercice de Reiki : auto-traitement bien-être

Category : Blog , Fiche , Psycho , Santé , Spiritualité

L’auto-traitement de Reiki consiste à placer vos deux mains sur 12 zones de votre corps dans une optique de bien-être général.
Le Reiki vise à rééquilibre les centres d’énergie du corps (chakras), à dénouer les blocages physiques et émotionnels, à améliorer la paix et la sérénité et à favoriser  la transformation personnelle.

L’exercice que je vous propose ici est volontairement condensé et ne dure que 5 minutes : vous découvrez, vous essayez et vous persévérez si cette pratique vous convient.

Il n’est pas nécessaire d’être initié(e) au Reiki pour faire cet exercice. Ce qui compte, c’est d’être dans l’instant présent, d’être à l’écoute de votre corps et de vos sensations. Chaque position peut bien évidemment être gardée plus longtemps si vous le souhaitez. Notez que chez une personne initiée au Reiki, l’auto-traitement dure en général une demi-heure car chaque position est gardée pendant 2 à 3 minutes.

Pour en savoir plus sur le Reiki, ses fondements et ses origines, je vous invite à lire cet article.

Vous pouvez consulter l’exercice sur votre écran ci-dessous ou le télécharger au format PDF.

Bon exercice – n’hésitez pas à partager et à commenter 😉

Barbara

Exercice de Reiki : l’auto-traitement bien-être

Il n’est pas nécessaire d’être initié au Reiki pour faire cet exercice. Ce qui compte, c’est d’être dans l’instant présent, d’être à l’écoute de votre corps et de vos sensations.

Après vous être installé(e) dans un endroit calme, en position assise et détendue, portez toute votre attention sur vos mains et imaginez vos cellules qui respirent à travers elles. Vous allez à présent placer vos mains sur 12 zones de votre corps. Restez environ 20 secondes sur chaque zone, sans exercer de pression, en vous concentrant uniquement sur ce simple geste. Si vos mains picotent ou chauffent, c’est que l’énergie circule.

Position 1

Posez d’abord vos mains sur vos yeux et sur votre front pour équilibrer le chakra du front (appelé troisième œil). Concentrez-vous sur vos yeux qui symbolisent aussi bien votre regard sur le monde que votre vision intérieure. Vos yeux se détendent, votre vision intérieure est calme, votre regard sur le monde s’apaise.

Position 2

Déplacez ensuite vos mains de chaque côté du visage sur les tempes et les oreilles. Cela calme votre mental et équilibre les deux hémisphères de votre cerveau : le droit et le gauche. Vos pensées sont plus claires. Cette position développe la mémoire et la créativité.

Position 3

Posez vos mains derrière la tête. Cette position détend et soulage l’anxiété, les peurs et les soucis, favorise le lâcher prise et l’intuition.

Position 4

Posez vos mains sur le dessus de la tête pour harmoniser le chakra couronne, responsable du développement spirituel.

Position 5

Couvrez votre gorge en posant vos deux mains l’une sur l’autre. Vous harmonisez votre chakra de la gorge et dénouez les blocages liés aux non-dits, vous améliorez la communication avec autrui ainsi que votre propre expression.

Position 6

Posez vos mains l’une sous l’autre sur le haut de la poitrine, entre les clavicules et le sternum, pour harmoniser le chakra du cœur. Cette position est celle de l’amour et de la joie. Elle renforce et stimule le système immunitaire.

Position 7

Posez vos mains toujours l’une sous l’autre, sur le bas de la poitrine. Favorise l’élimination des toxines (foie), augmente l’énergie vitale, calme les soucis, la colère, les frustrations, les frayeurs et l’ennui.

Position 8

Placez vos deux mains des deux côtés de la cage thoracique pour harmoniser le chakra du plexus solaire. Cette position vous apporte centrage, confiance en vous et estime personnelle.

Position 9

Les mains de chaque côté du nombril, vous harmonisez le chakra du nombril, centre de votre équilibre personnelle et de votre pouvoir intérieur. C’est aussi le centre de l’énergie sexuelle et de la sensualité.

Position 10

Placez vos mains en V au niveau de votre bas-ventre pour harmoniser le chakra racine, base de votre équilibre fondamental touchant à votre sécurité et aux aspects matériels de votre vie.

Position 11

Les mains sur les genoux, vous agissez sur vos peurs face au changement et à la mort, votre manque de confiance et votre inflexibilité. Cela vous aide à avancer, vous donne le courage d’aller de l’avant.

Position 12

Posez vos mains sous la plante des pieds pour fortifier votre point d’encrage à la terre, votre capacité d’enracinement.


  • 2

Les pratiques de développement personnel

Category : Blog , Psycho , Santé , Spiritualité

Bien-être, mieux-être, bonheur : ces notions sont quasiment devenues des injonctions dans notre société moderne et individualiste. Au point que l’on pourrait presque se sentir coupable ou en situation d’échec si l’on n’est ni bien, ni mieux, ni heureux.

Rassurez-vous : rien n’est plus faux. Nous cheminons tous à notre rythme et relevons – ou non – les défis qui sont les nôtres, en temps et en heure, avec nos moyens et nos limites. Il n’y a aucun idéal à atteindre, pas de compétition à gagner ni de comparaison ou de classement à établir. Je suis en faveur de l’auto-détermination de chacun – c’est « Le bonheur, si je veux« .

Mais si vous le voulez, sachez que le changement est à votre portée. C’est ce que l’on appelle le développement personnel.

Et d’abord, qu’est-ce que le développement personnel ?

On entend beaucoup parler de développement personnel, de croissance personnelle, de devenir la meilleure version de soi, de s’améliorer, de réaliser tout son potentiel, etc. Mais de quoi s’agit-il au juste et d’abord, qu’est-ce que le développement personnel ?

Personnellement, j’aime beaucoup la définition qu’en fait Jacques Salomé :

J’appelle pour ma part développement personnel toute démarche de changement dans laquelle je prends le risque de m’autoresponsabiliser, en vue de remettre en cause – pour en comprendre le sens et pour dynamiser autrement mes façons d’être – mes modes de pensée, mes croyances, mes certitudes et mes comportements au quotidien.

Amorcer le changement

Le développement personnel désigne une démarche de changement, un changement conscient, voulu. Ce n’est pas le changement passif que nous fait subir le temps qui passe, ni les changements qui se manifestent dans notre vie et qui sont parfois indépendants de notre volonté.

La démarche nous implique, engage notre responsabilité et nous rend acteur (ou actrice) de notre vie. Beau programme !  Reste à savoir comment on s’y prend.

En réalité, dans tout changement, c’est le premier pas qui est le plus difficile. Un peu comme quand on invite une femme (ou un homme) pour la première fois au restaurant ou au cinéma et que l’on ne sait pas encore quelle va être sa réaction. Ce moment où l’on quitte sa zone de confort pour rentrer en terrain inconnu est dérangeant, déstabilisant et parfois même anxiogène. C’est ce que j’appelle l’amorce du changement. Heureusement, pour cela, des méthodes existent.

Les pratiques fleurissent : et si on faisait le tri ?

Certaines disciplines, qui entrent aujourd’hui dans la catégorie du développement personnel au sens large, sont plurimillénaires : yoga, ayurvéda, tai chi, par exemple. D’autres techniques datent de l’avènement de la psychanalyse : sophrologie, PNL,  analyse transactionnelle, … D’autres encore sont qualifiées de méthodes « new age »: l’EMDR, les fleurs de Bach, l’iridiologie,…

Pour y voir un peu plus clair, on peut diviser ces pratiques en trois groupes distincts :

  1. les pratiques psychiques
  2. les pratiques corporelles
  3. les pratiques spirituelles

Les méthodes agissent in fine sur tout notre être mais leurs points d’appui sont différents. Voici une ébauche de « mind map » pour mieux illustrer mes propos. Je me propose d’aborder ces différentes techniques et d’en proposer à chaque fois que c’est possible l’une ou l’autre application concrète. Bien sûr, ce graphique est à enrichir, ce n’est qu’un début…


Faites partie des bêta-testeurs

Inscrivez-vous pour tester chaque semaine des outils de développement personnel qui marchent