3 kifs par jour par Florence Servan-Schreiber

(et autres rituels recommandés par la science pour cultiver le bonheur)

 

« Exprimer sa gratitude consiste à reconnaître dans sa vie ce qu’on a envie de célébrer.»

Florence Servan-Schreiber

La cousine du célèbre neuropsychiatre nous propose de cultiver le bonheur. Comment ? En appliquant les recettes de la psychologie positive, validées par la science.

Tout d’abord et pour éviter tout malentendu : la psychologie positive ne doit pas être confondue avec la pensée positive. Cette dernière nous incite à chausser nos lunettes roses en permanence  tandis que la première reconnaît les émotions négatives et les accepte. Ensuite, la psychologie positive, discipline relativement jeune puisqu’elle a été fondée en 1998,  s’appuie  le plus souvent possible sur des méthodes scientifiques.

Florence Servan-Schreiber a écrit ce livre après avoir suivi une formation sur la psychologie positive dispensée par Tal Ben-Shahar, écrivain, conférencier et enseignant à Harvard. Elle y livre pêle-mêle ses réflexions et ses expériences personnelles , évoque les nombreuses études désormais disponibles sur le vaste sujet du bonheur et fait référence aux figures célèbres de la psychologie positive : Martin Seligman, Sonja Lyubomirsky, Barbara Fredrickson, Mihály Csíkszentmihályi, entre autres.

Les 7 étapes pour appliquer la psychologie positive au quotidien :

1. Apprendre à jouer avec ses cartes

Nous ne sommes pas tous égaux en matière de bonheur car nous n’avons pas tous les mêmes prédispositions génétiques en la matière mais 40% de notre bonheur est directement influencé par notre façon de voir la vie et les événements.

2. Choisir ses lunettes

Notre attitude face à un évènement a le pouvoir de le transformer. En s’entrainant à voir le côté positif des choses, on créée de nouvelles connexions neuronales en un mois, il est ensuite plus naturel de voir la vie de façon positive.

3. Connaitre sa monture

Il est préférable de développer ses qualités plutôt que de corriger ses défauts. Il est indispensable d’accepter d’être faillible, vulnérable, incompétent…

4. Partager 3 kifs par jour

Partager avec les autres trois kifs, c’est-à-dire des situation ou instants qui incitent à remercier quelqu’un en particulier ou la vie en général.

5. Se connecter

Nous sommes plus heureux avec des amis (5 au minimum) et en famille, avec notre tribu, ses rituels, ses codes, son vocabulaire commun. Le couple est un maillon essentiel : le partenaire idéal ne doit pas être trouvé mais cultivé.

6. Inventer ses rituels

S’obliger pendant quelque temps à de nouvelles habitudes crée dans notre cerveau de nouvelles connexions en seulement 30 jours. Le secret de la mise en marche est de commencer de nouvelles choses plutôt que d’arrêter quelque chose.On peut par exemple : écrire son journal, méditer en pleine conscience, ranger, faire une seule chose à la fois, prendre son temps, etc.

7. Aimer son maintenant

C’est être bien dans ses baskets, s’apprécier tel que l’on est, et apprécier ce qui nous entoure.

(Voir ici pour une chronique plus détaillée.)

D’accord

  • La gratitude (le « kif« ), sujet central du livre, est une valeur essentielle que l’on retrouve dans toutes les religions et philosophies.
  • S’accepter tel qu’on est, faire des choix et des compromis, permet d’être en phase avec la réalité.
  • De même, l’amour durable ne peut pas être parfait, mais il n’en est pas moins vrai.

Pas d’accord

  • Le terme de kifs, ça sent le parler djeun’s et ça décrédibilise le livre, dommage.
  • Les propos sont parfois un peu décousus, on perd facilement le fil conducteur.

À propos de l’auteureflorence-servan-schreiber-en1mot

Florence Servan-Schreiber, née en 1964 à Paris, est une journaliste, auteure, et conférencière française. Diplômée en psychologie transpersonnelle d’une université américaine et formée à la Programmation Neuro Linguistique (PNL), elle fonde la 3kifsacademie, pour apprendre la psychologie positive.

Laisser un commentaire